Yuki Torii
Miki Mialy
Sadaharu Hoshino

La mode japonaise en France 1965-2004

Un zeste de japonisme dans vos armoires


Si votre garde-robe a soif d’exotisme, sachez que Paris ne manque pas de boutiques ori-ginales de créateurs japonais et français ou d’articles traditionnels japonais. Superposition de vêtements, métissage de genres et de matières, formes traditionnelles revisitées. Une foule d’idées à découvrir et à porter.


Un assortiment de sacs faits main, en coton et en soie de kimono, de la styliste Mamoru Ishihara connue pour ses robes contemporaines imaginées à partir de kimonos de mariage.
Yodoya (4e).

Colliers, bagues et barrettes en tissu de kimono, ornés de perles de verre par la créatrice Kayo Fujimoto.
Yodoya (4e).


Orné de motifs traditionnels, ce tablier, qui n’en a que l’ap-parence, se porte en toute élé-gance par-dessus un haut, une jupe ou un pantalon.
Kazé bis (4e).


Echarpes en tissu shibo (mélange de soie, lin et coton) traditionnellement uti-lisé pour les kimonos d’été.
Kazé (4e).


Converses « made in Japan ».
Tokyoite (4e).


Les sacs réversibles de la jeune styliste Hiromi Ito se portent unis ou fleuris, au gré de nos envies.
Billito (4e).


Enfilez une paire de jikatabi, les chaussures des charpentiers japo-nais ; vous serez surpris par leur légèreté et leur incroyable confort.
Trazita (4e).


T-shirts fun, à l’effigie de la « petite Peko », mascotte des bonbons Milky de chez Fujiya.
Why ? (1er).


La styliste Chikako Inoue invente une ligne de vêtements sobres et zen. Elle combine ici astucieusement la cydwoq américaine et le tabi japonais (socquette fine) dans un style fleuri et gai. Trazita (4e).


Cache-cœur à l’allure japonaise.
A La Bonne Renommée (4e).


Mika Harano choisit des matières traditionnelles pour ses créations épurées et douces comme cette écharpe en soie de kimono, assortie d’un petit sac.
Zensuï (6e).


La styliste Juliette Ozouf s’inspire des livres, de la philosophie zen et sculpte ses vêtements comme des œuvres d’art. Ce manteau est le fruit d’un mariage inédit entre le washi, le papier japonais, et la laine.
Juliette Ozouf (6e).



C’est à partir de tissus de kimo-nos ou de furoshiki, pièce de tissu qui sert à emballer des objets, que Yumi Numao confectionne ses sacs qui existent en plusieurs modèles et coloris.
Eucharis (2e).


La styliste Mamoru Ishihara a des doigts de fée. Elle n’a pas encore de boutique, mais elle organise des défilés qui présentent sa superbe collection imaginée à partir des kimonos de mariage. www.jipango.com/soiree/mamoru

Boutiques
1er arrondissement
Kazé, 30 rue St-Roch. Tél. 01 42 92 01 69. Chemisiers, T-shirts, pantalons-jupes, vestes, kimonos 2 pièces.

FR/JP, 8 rue de la Vrillière. Tél. 01 42 96 11 48. Mode contemporaine japonaise.

Tim Bargeot, 3 rue de Turbigo. Tél. 01 42 21 09 69. T-shirts de la « petite Peko ».

O.W.I., 217 rue St-Honoré. Tél. 01 42 60 61 13. Sacs et zori (tongs japonaises).

Why ?, 14-16 rue Jean-Jacques Rousseau. Adresses de toutes les boutiques sur www.why.fr. Tél. 01 42 33 36 95. T-shirts de la « petite Peko ».

2e arrondissement
Eucharis, 38 passage Choiseul. Tél. 01 42 96 46 11. Kimonos, robes, sacs.

Men by Men, 6 passage du Grand-Cerf. Tél. 01 42 21 00 36. T-shirts ornés de kanji.

3e arrondissement
Mondo, 85 bd Beaumarchais. Tél. 01 48 04 04 02. Hakama (pantalon de style japonais), kimonos, jikatabi, T-shirts, ensembles ornés de motifs traditionnels.

4e arrondissement
A La Bonne Renommée,
26 rue Vieille-du-Temple. Tél. 01 42 72 03 86. Vêtements d’inspiration japonaise.

Anatomica, 14 rue du Bourg-Tibourg. Tél. 01 42 74 10 20.
Tenugui (étoffe traditionnelle japonaise qui se noue en foulard, en bandeau, en coiffe…).

Antoine et Lili, 51 rue des Francs-Bourgeois. Tél. 01 42 72 26 60. Adresses de toutes les autres boutiques : www.antoineetlili.com. Jupe Médina de style samouraï.

Billito, 12 rue du Roi de Sicile. Tél. 01 42 78 13 31. Vêtements et sacs de la styliste Hiromi Ito.

Culotte, 7 rue Malher. Tél. 01 42 71 58 89. Vêtements, sacs, chaussures s’inspirant des années 50, 70 et 80, et vêtements effleurés par le style traditionnel japonais.

Facteur Céleste, 38 rue Quincampoix. Tél. 01 42 77 12 46. Tabi (socquettes) et zori, revisités (superbes zori revêtus d’alcantara).

Ikat, 36 rue François Miron. Tél. 01 48 04 53 34. Vêtements d’inspiration japonaise.

Kazé bis, 34 rue François Miron. Tél. 01 42 77 34 22. Vêtements d’inspiration japonaise.

Kazé, 11 rue François Miron. Tél. 01 48 04 07 04. Vêtements, écharpes, jikatabi, pyjamas pour enfant.

Kimonoya, 11 rue du Pont Louis Philippe. Tél. 01 48 87 30 24. Kimonos, haori (vestes de kimono), hanten (vestes molletonnées), sacs.

Miyakodori, 1 imp. Guéménée (28 rue St-Antoine). Tél. 01 42 78 23 11. Tenugui.

Muji, 47 rue des Francs-Bourgeois. Tél. 01 49 96 41 41. Adresses de toutes les boutiques sur www.muji.fr. Tabi.

Setsuko, 17 rue Ste-Croix de la Bretonnerie. Tél. 01 42 71 56 23. Vêtements inventés par la styliste Setsuko.

Tokyoite, 12 rue du Roi de Sicile. Tél. 01 42 77 87 01. Converses importées du Japon.

Trazita, 23 rue des Blancs-Manteaux. Tél. 01 40 27 88 05. Vêtements, zori, jikatabi. (boutique de la styliste Chikako Inoue).

Yodoya, 23 rue des Blancs-Manteaux. Tél. 01 48 87 23 05. Kimonos, tenugui.

5e arrondissement
Le Chat Huant, 50 rue Galande. Tél. 01 46 33 67 56. Vêtements d’inspiration japonaise.

6e arrondissement
Juliette Ozouf, 20 rue de l’Echaudé.
Tél. 01 43 29 74 51. Vêtements aériens et légers d’influence japonaise.

Zensuï, 5 rue de Condé. Tél. 01 53 10 11 90. Echarpes et sacs créés par la styliste Mika Harano.

10e arrondissement
Mieux-Etre, 143 av. Parmentier. Tél. 01 42 02 25 22. Kimonos, yukata (kimonos d’été).

12e arrondissement
Echo’Arts, 68 av. Ledru-Rollin. Tél. 01 43 44 64 01. Kimonos et haori.

13e arrondissement
Boutique Zen, 175 rue de Tolbiac. Tél. 01 45 88 24 09. Kimonos et tenues pour la méditation.

14e arrondissement
Le Ciel et le Sable, 56 rue de la Sablière. Tél. 01 45 42 68 29. Kimonos.

Saint-Ouen
Tora Tori, Marché Biron 85 rue des Rosiers (stand 60). Tél. 06 10 63 25 26. Kimonos et obi (ceinture de kimono).

Recherche/photo : Claire de Bréban