Le mail service est réactualisé en permanence dans la rubrique MAIL SERVICE.

n° 84
Le 15 février 2006


Jipango-Café

Le programme des activités sur
http://www.jipango.com/mail/12fev06.html

Cours de cérémonie du thé, Shiatsu, Sumie, Atelier cuisine,
Dîner-conférence, Café-Voyage...



- Le Japon de Frédéric Boilet en dessins et chroniques
- Jet Stream, un regard artistique sur le Japon contemporain
- Le Pli – magazine spécial origami


- Sortie : Un couple parfait de Nobuhiro Suwa
- Zatoïchi, le samouraï le plus célèbre du Japon
- Festivals d’animation japonaise


- Furoshiki, l’art d’emballer à la japonaise
- Néons nippons, Tokyo par le photographe Eric Valdemaire


- O.blaat, musique électro-accoustique de Keiko Uenishi
- Akino Araï en concert


- Yôse, théâtre populaire japonais
- Evènements autour du théâtre kabuki


- Rencontre avec une école de langue franco-japonaise
- Benami : soirée spéciale jeux musicaux japonais
- Salons japanimation : Game in Paris & Fan Festival


(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Mail service"
Pour ancien numéros.



Love Hotel et L’apprenti japonais, le Japon de Frédéric Boilet
www.lesimpressionsnouvelles.com / www.ego-comme-x.com
« Je n’ai pas fait le Japon ». Dessinateur, traducteur et directeur de collection installé au Japon depuis plus de 12 ans, Frédéric Boilet aime encore à se définir comme un novice du Japon, un ‘apprenti’ qui commet encore les mêmes gaffes qu’au premier jour et n’a toujours pas vu le Mont Fuji. Ainsi sont les chroniques, photos, textes, dessins et croquis rassemblés dans L’apprenti japonais, sincères et naïfs comme un gaïjin lâché dans Tokyo. Mais au fil de ces instantanés, écrits et dessinés entre 1993 et 2005, le Japon se fait plus familier, la photo laisse place à de très beaux dessins d’actualité publiés dans le grand quotidien Asahi Shimbun. Frédéric Boilet n’est plus l’apprenti des débuts, mais ce fantasme imprègne encore ses albums comme en témoigne le récent Love Hotel. Love Hotel, ou les galères sentimentales d’un jeune interprète français, David, qui foire son séjour au Japon en s’accrochant à la jeune Junko comme à un rêve. Le récit est plein d’humour, et le graphisme de Boilet – tacheté noir et blanc, style très photographique – fait mouche.
La page de Frédéric Boilet : www.boilet.net
Love Hotel, 112 p, 19 euros
éd. ego comme x, 2005
L’apprenti japonais, 240 p, 19 euros
éd. Les impressions nouvelles, 2006


Jet Stream, un regard artistique sur le Japon contemporain
www.inventaire-invention.com/jet-stream/index.html
Le Japon est le premier pays choisi par les éditions Inventaire Invention pour son projet Jet Stream, avec l’ambition de dresser à travers des textes, des photos, des vidéos et des expériences multimédia « le portrait fragmentaire et dynamique d’un pays étranger ».
Les textes publiés et mis en ligne dans le cadre de Jet Stream sont les éléments les plus intéressants du projet – par exemple la traduction en français d’une nouvelle inédite de Ryû Murakami, Topaze, ou un essai de Corinne Atlan qui décrit dans Entre deux mondes cette zone étrange où évolue le travail de la traduction franco-japonaise. Le Japon de Jet Stream se regarde aussi, à travers les superbes photos urbaines de Masataka Nakano (voir photos), les clins d’oeils agrémentés de poèmes signés Nadia Porcar, où une vidéo de Véronique Caye tirée de sa pièce Tokyo<Line. Finalement Jet Stream s’avère être l’une des plus expos multimédias les plus riches et les plus convaincantes sur le Japon contemporain, et pour une fois accessible à tous puisqu’elle est en ligne.

Prenez Le Pli de l’origami
http://mfpp.free.fr/pli100/
Depuis bientôt trente ans, les afficionados de l’origami (art du pliage du papier) ont leur association, le Mouvement français des Plieurs de Papier (MFPP) et leur revue baptisée Le Pli. Son 100e numéro vient de sortir, consacré à 18 des plus fameux plieurs de l’hexagone. Ils y racontent leur découverte de l’origami, leurs techniques de travail et leur passion pour ce papier (au sens large car certains utilisent aussi bien des papiers alu, kraft, du carton, des tickets de métro…) qui une fois plié donne des œuvres étonnantes et inattendues.
Le Pli, n° 100
disponible auprès de la librairie Brentano’s
et du MFPP : 01 43 43 01 69 / mfpp@free.fr


Le dessin noir de Daisuke Ichiba
http://lezardnoir.free.fr / http://johnmagazine.free.fr
En marge des circuits de l’édition japonaise, Daisuke Ichiba dessine, s’autoédite et vend ses propres livres dans sa boutique du quartier de Kôenji, à Tokyo. On y trouvera sûrement ces deux albums édités récemment en France en tirages très limités, Ezumi et Meaning without meaning, qu’Ichiba place sous le signe de la noirceur. Noirceur de son trait ciselé, de son humour bien particulier, noirceur de ces femmes-écolières qu’il dessine nues, blessées ou défigurées. On pense au cinéma de Koji Wakamatsu (voir ci-dessous, rubrique ‘Ciné-Télé’), à l’univers du comic-book, aux mangas trash et érotiques, ou aux photos de Romain Slocombe.
La page de Daisuke Ichiba : http://homepage2.nifty.com/baransu/
Le dessinateur expose ses créations à la Halle Saint Pierre jusqu’au 26 février - www.hallesaintpierre.org / 01 42 58 72 89
Ezumi, 64 p, 13 euros
éd. Le Lézard Noir, 2005.
Meaning without meaning, 44 p, 10 euros
éd. Jhon Magazine, 2005.


Sortie : Un couple parfait, de Nobuhiro Suwa
Quand un japonais fait un film d’auteur en France, avec des acteurs français, qui plus est une histoire de séparation, on pourrait s’attendre au pire… Mais Nobuhiro Suwa a du culot et du talent. Qu’importe s’il ne comprend pas la langue et n’a que 11 jours pour tourner. Ce qui compte pour lui c’est de bien faire son cadre et d’y laisser évoluer ce superbe duo d’acteurs (Valéria Bruni-Tedeschi et Bruno Todeschini) entre un scénario qui tient en deux lignes et une part importante laissée à l’improvisation. Nicolas et Marie se séparent, donc, après 15 ans de mariage. Et Suwa capte le langage de cette séparation, l’éloignement des corps, les rires nerveux, les phrases en suspens, dans le corsetage d’un plan fixe qui est devenu sa marque de fabrique. Résultat : ce Couple parfait est amer et juste, il tient en émoi malgré la lenteur dramatique de l’histoire et s’annonce comme le meilleur film de Nobuhiro Suwa (après notamment l’insipide H/Story et le joli M/Other).
Un Couple parfait, Japon, 2005, 1h44
Sorti le 8 février


Cycle Zatoïchi – 40 ans de légende
www.mcjp.asso.fr
Zatoïchi était une star au Japon bien avant que Takeshi Kitano n’endosse son kimono. C’est l’acteur Shintarô Katsu qui a longtemps tenu le rôle de ce voyageur, aveugle et virtuose du sabre, construisant la légende Zatoïchi du premier épisode, Le masseur aveugle (1960) à celui de Kitano, justement. Ce sont deux des 8 films de cette rétrospective d’un monument du cinéma populaire japonais.
Photo : Voyage Meurtrier.
Rétrospective du 28 février au 4 mars
@ Maison de la Culture du Japon
entrée : 4 / 3 euros (TR)


Festivals d’animation japonaise, avec Isao Takahata et Yoshitaka Amano
www.cda95.fr / www.cite-sciences.fr
Entièrement dédié au cinéma d’animation pour sa 6è édition, le festival Image par Image reçoit cette année deux pointures de l’animation japonaise, Isao Takahata (dont le Pompoko est sorti le mois dernier) et Koji Yamamura, un jeune réalisateur primé au festival d’Annecy en 2002 et aux techniques très inventives. En plus des projections et cartes blanches consacrées aux deux invités, Image par Image propose de découvrir le travail du collectif nippon 6NIN et rend hommage au père de l’animation française, Paul Grimault.
De son côté, la Cité des Sciences organise une rencontre centrée sur les métiers de l’animation et du jeu vidéo. Visite dans les coulisses de la création, tables-rondes, ateliers-débats, et bien sûr projections : cet évènement s’adresse à tous ceux qui travaillent ou voudraient travailler avec le milieu de l’animation. Ou qui tout simplement veulent rencontrer le peintre et dessinateur Yoshitaka Amano, invité spécial de ces rencontres.
Photos : K. Yamamura et Y. Amano
Image par Image jusqu’au 18 mars
@ Centre des Arts d’Enghien-les-Bains
01 30 10 85 59
Carrefour de l’animation du 10 au 12 mars
@ Cité des sciences et de l’industrie
01 40 05 70 00


Rencontre avec Koji Wakamatsu, le roi du pinku-eiga
www.lecranstdenis.org
Si le sexe est une affaire de politique, alors les films de Koji Wakamatsu sont révolutionnaires. Ce réalisateur nippon hors-norme, gangster dans sa jeunesse, militant d’extrême-gauche actif dans les années ’70 - comme en témoigne le film Front de Libération Palestinien, récit stupéfiant de la visite de l’Armée Rouge japonaise au groupe armé palestinien en 1971 – a surtout donné ses lettres de noblesse au pinku-eiga. Un cinéma de genre sadique, lubrique et onirique dont les titres suffisent généralement à annoncer la couleur (Vierge violée cherche étudiant révolté, 1969 ; Sex-Jack, 1970…) Koji Wakamatsu viendra présenter 5 films tirés d’une œuvre foisonnante (plus d’une centaine), en compagnie de la réalisatrice Catherine Breillat, du romancier Romain Slocombe et de critiques.
Photo : L’extase des anges (1972)
Festival Sex is Politics du 22 au 28 février
@ Cinéma l’écran St-Denis
entrée : 6 / 5 euros (TR)
01 48 20 85 76


Furoshiki, l’art d’emballer à la japonaise
www.ccfj-paris.org
Emballer est tout un art au Japon, et pas seulement pour les cadeaux. Car depuis des siècles les Japonais conservent et transportent des aliments, des objets… dans des carrés de tissu pliés appelés furoshiki. Cette exposition présente l’histoire, la fabrication et les usages de ces furoshiki, de véritables symboles de l’art de vivre japonais. Des ateliers permettent de s’initier à l’emballage japonais les mercredis et samedis (8 euros - réservation : 01 43 48 83 64)
Furoshiki jusqu’au 25 mars
@ Centre Culturel Franco-Japonais
entrée : 5 euros


Néons Nippons, paysages urbains d’Eric Valdenaire
http://128.mepasie.org/
Tokyo photographié par Eric Valdenaire, c’est avant tout une représentation de l’urbanité et de sa lumière, de ses lumières qui giclent des néons et des affiches lumineuses. Des néons de Ginza on passe en 17 clichés au métro tokyoïte puis à l’immense marché au poisson de Tsukiji, et au spectacle culinaire que proposent les restaurants à l’œil occidental. Et toujours ces paysages urbains, ces lieux de passages individuels et collectifs sous lumière artificielle qu’Eric Valdemaire a principalement retenus de Tokyo.
Néons Nippons jusqu’au 9 mars
@ Missions Etrangères de Paris
128 rue du Bac, Paris 7e
entrée libre tlj 07h – 18h


O.Blaat, musique électro-acoustique de Keiko Uenishi
www.kokeko.net
La musicienne Keiko Uenishi, connue ( ?!) sous le nom d’O.Blaat, manipule les sons à la manière d’une marionnettiste. Une radio tenue à la main, qui produit un larsen, est baladée au-dessus d’un ordinateur qui recueille et enrichit le son émis. Le procédé est à la fois techniquement astucieux et musicalement très novateur, donnant naissance à cette performance conceptuelle appelée ‘laptop acoustique’. Le résultat est pour le moins minimaliste, dans la veine creusée par O .Blaat avec la scène onkyo de Tokyo (Sachiko M, Toshimaru Nakamura) et le milieu sound-art new-yorkais (Ikue Mori, DJ Olive). Le show est précédé du projet No-Output Laptop (NOL pour les intimes) d’Eric Cordier, qui consiste à faire interagir des bruits du disque dur avec un outil de traitement électronique. Et il paraît que pendant la pause, on pourra essayer les instruments…
Keiko Uenishi se produira aussi à la prochaine soirée electrochou avec Dinahbird et DJ Sébastien Leblanc.
Electrochou le vendredi 17 février à 21 :00
@ Project 101 www.project-101.com 5 euros
O.Blaat + Eric Cordier le dimanche 19 février à 20 :30
@ Les Instants Chavirés www.instantschavires.com 6 euros


Akino Araï en concert
www.parisvisualprod.com
Le truc d’Akino Araï, c’est la musique de dessins-animés. Macross +, Noir, Please save my earth, Chobit… La chanteuse a collaboré à une dizaine de bandes-originales célèbres au Japon, enregistré 6 albums et composé la musique d’un jeu vidéo. Bref, ses chansons J-Pop version manga devraient séduire les amateurs du genre (très pop, très doux, très édulcoré) pour un concert dans le charmant Théâtre Athénée - malgré le tarif prohibitif ?
Parisvisualprod, qui organise ce concert, vient de mettre en ligne sur son site une radio dédiée à la musique japonaise tendance otaku : génériques de dessins-animés, J-pop, J-rock, musiques de jeux… www.radio-nozomi.com
Akino Araï le dimanche 26 mars à 17 :00
@ théâtre Athénée Louis Jouvet
www.athenee-theatre.com
entrée : 37 à 60 euros


Yôse, théâtre populaire japonais
www.mcjp.asso.fr
Le rakugo, littéralement ‘parole qui a une chute’, est l’art de raconter des histoires drôles, des calembours et autres boutades traditionnelles japonaises. Un art aux règles strictes et avec lesquelles on ne plaisante pas : le conteur est assis et ne peut mouvoir que le haut de son corps, contrainte qui l’oblige à développer toutes ses capacités vocales, rythmiques et comiques. Pour ce spectacle trois générations de conteurs viennent déclamer leur rakugo sur la scène de la Mcjp, dont le maître Katsura Utamaru du théâtre de Yôse (voir photos), star du petit écran japonais depuis 40 ans. L’un des conteurs se fend même d’une démonstration de kamikiri, le découpage de silhouettes de papier qui viennent illustrer le conte.
Yôse les 10 et 11 mars
@ Maison de la Culture du Japon
entrée : 15 / 12 euros (TR)


Manifestations autour du théâtre kabuki
www.mcjp.asso.fr / http://perso.wanadoo.fr/arta/
Même si le rakugo (voir ci-dessus) est populaire au Japon, il n’atteint pas la notoriété du théâtre kabuki, aux mouvements raffinés et extrêmement codifiés. C’est dans la danse, l’un des éléments du kabuki, qu’excelle le maître Fujima Kanjurô VIII, de visite à Paris en mars prochain pour une série de spectacles (pour le détail du programme voir http://perso.wanadoo.fr/arta/). Autour de sa venue l’Arta (Association de Recherche des Traditions de l’Acteur) organise deux conférences données par Patrick de Vos (professeur à l’université de Tokyo) et un stage de kabuki.
conférences les vendredi 10 et 17 mars de 16h à 18h
stage du 6 au 24 mars
@ Arta, Cartoucherie de Vincennes


Séjours linguistiques au Japon : rencontre avec une école de Harajuku
http://espacelanguetokyo.com/fr/
Implantée à Harajuku depuis 1998, l’Espace Langue Tokyo organise prochainement des rencontres en France pour présenter son équipe et ses séjours (immersion totale, japonais des affaires…), et répondre aux questions des Français intéressés.
réunion à Lille le 3 mars, 20 :00
@ Association Japon & Culture
résa obligatoire 03 20 03 71 79 / japon-culture@wanadoo.fr
réunion à Paris le 4 mars 10 :00-15 :00
@ Atelier des Langues
http://www.latelierdeslangues.fr/frindex.htm


Les rencontres du manga : spécial Bemani – jeux vidéos musicaux
www.asian.fr
Si les game-center (salles de jeux vidéos) japonais sont si bruyants, c’est entre autres à cause du célèbre jeu belami, qui consiste à reproduire une mélodie à l’aide d’instruments électroniques divers et variés (guitare, piano, tambours taïko…) Commercialisé par Konami à partir de 1977, c’est sa version Dance Dance Revolution qui a connu le plus gros succès en demandant au joueur de danser sur un tapis électronique une chorégraphie souvent ridicule. C’est à ce jeux bien japonais qu’est consacrée la première soirée des « Rencontres du manga » au restaurant Asian, avec démos, débats, jeux, cadeaux…
Photo : un exemplaire du jeu Dance Dance Revolution
le vendredi 17 février à partir de 20 :00
@ Asian, 30 av. George V, Paris 8e
01 56 89 11 00


Salons japanimation : Game in Paris et Fan Festival
www.gameinparis.com / www.fanfestival.fr
Avec plusieurs cosplay, 100h de projections de films, salon de jeux, quizz, Game s’impose dans le paysage touffu des salons japanimation. On peut y découvrir toutes les nouveautés sur les stands des exposants professionnels, participer à des débats (dont une grande conférence sur la J-Music), mais surtout rencontrer dans un grand forum 40 associations passionnées de manga et d’animation venant de toute la France : dessinateurs, fanzines thématiques, créateurs de figurines, clubs amateurs, scénaristes…
Au Palais des Festival à Cannes, le Fan Festival se présente lui comme « un parc d’attraction dédié à l’univers du manga », avec de nombreuses animations (cosplay, jeux, dessins, stands…) et un espace spécial jeux vidéos.
Game in Paris samedi 4 et dimanche 5 mars
@ Cité des Sciences et de l’Industrie
entrée : 10 euros / 1 jour, 15 euros / 2 jours
Fan Festival du 17 au 19 février
@ Palais des Festivals, Cannes
entrée : 5 euros / journée


Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
info@tenri-paris.com
www.tenri-paris.com


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
reservations@ccfj-paris.org
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com