En cas de problème à réception de ce mail service,
vous pouvez visiter directement à http://www.jipango.com/jipango/html/info.html

n° 66
Le 15 mars 2004

NOUVEAUTE CINEMA & TV EXPOSITIONS MUSIQUES

• Kokeko - à la recherche de la lumière
• Half Moon of the Pascals
• Taoci : grès et raku du Japon
• Koshiro Torisu, Autophene & Juicy Panic
<You drive me oh oh oh>

• Le Japon à la tv :
Dark Water, hanabi, Kurosawa et sushis

• Rétrospective Kon Ichikawa

• Tetsumi Kudo
• Do you like yen ?

• Taku Sugimoto aux Instants Chavirés
• Takahiro Shimizu
• Gagaku : musique traditionnelle

SCENES DIVERS CARNET D'ADRESSES

• La mort d’Empédocle - Réduction Jipango
• Le Festival de l’imaginaire : kyogen, koto et rencontres
• Dance Box 2004 : danses modernes

 

 

(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Info"
Pour ancien numéros.


Club Jipango
Rejoignez le Club Jipango, et profitez de nombreux avantages qui vous feront véritablement vivre le Japon en France !
Avantages réservés aux membres :
- Web Magazine. Envoi mensuel sur l'actualité au Japon. (vous pouvez le retrouvez sur
http://www.jipango.com/webmag/no7/webmag12211221.html
)
- Envoi à domicile du journal Jipango.
- Participation prioritaire aux conférences et soirées thématiques de l'association.
- Rencontres avec des artistes, écrivains et des spécialistes du Japon.
- Réductions dans certains magasins, restaurants et agences de voyage.

La cotisation annuelle pour devenir membre est de 25 euros par an.
Pour vous inscrire, merci de contacter à Jipango@jipango.com


Rencontres
Au bonheur des kimonos
"La légende des Grands Magasins Mitsukoshi depuis 1673"
Une visite-conférence de l'exposition au musée Mitsukoshi avec Dorothée de Boisséson, japonologue et interprète qui a écrit pour Gallimard Grand guide du voyageur du Japon.
Elle nous promène dans les coulisses de la culture du Japon, à travers l'histoire, l'art des estampes, les rituels anciens, la symbolique des motifs décoratifs, le rôle du kimono, le tissage...
le samedi 3 avril de 15h30 à 18h.
Participation : 9 euros. (7 euros pour membre de Club Jipango)
Reservation : jipango@noos.fr

NOUVEAUTE


Kokeko - A la recherche de la lumière - concerts, projections, installations sonores
le samedi 27 mars aux Voûtes - 19h30
91 quai Panhard & Levassor, Paris 13è - M° Bibliothèque/quai de la gare
www.lesvoutes.org
entrée : 5 euros (prévente) / 7 euros (sur place)
préventes disponibles chez Bimbo Tower [5 pass. St-Antoine, Paris 11è], Wave [36 rue Keller, Paris 11è], L’œil du silence [91 rue des Martyrs, Paris 18è]
réservations : kokeko@free.fr

Kokeko a un an. En plusieurs soirées dédiées aux ‘musiques dites inaccessibles’, cette association s’est révélée être une plate-forme d’avant-garde entre musiciens japonais et européens, sonorités acoustiques et électroniques, avec une liberté de ton et d’action qui stimule les créativités.
Maintenant que vous connaissez Kokeko, sachez que vous êtes conviés à son anniversaire !
Ça se passe le samedi 27 mars, aux Voûtes, lieu d’expressions artistiques qui a déjà accueilli les projets de Kokeko. Le programme, tourné vers les échanges France-Japon, fait autant de place aux valeurs sûres de l’expérimentation internationale qu’à de jeunes pousses.

Jean-François Pauvros & Makoto Kawabata

Une rencontre fiévreuse entre le guitariste français, improvisateur international [Lee Ranaldo de Sonic Youth, Keiji Haino…], et son homologue japonais de Acid Mother Temple Makoto Kawabata.

Dave Philips

En solo pour une fois, l’activiste musical des projets Ohne et Schimpfluch-Gruppe fait toujours dans l’esthétique bruitiste et l’expérimentation vocale.

O-Pi-O
Compositeur influencé autant par les technologies informatiques que par des objets quotidiens, O-Pi-O cherche à créer un univers musical composite.

Moju
Vidéaste, illustrateur, ses images saturées se font à partir de perceptions musicales.

Natsuko Iwaya
Photographe, elle travaille sur des thèmes naturalistes [notamment une forêt du Nord du Japon, dont les clichés développés en large format recouvraient toute une pièce d’exposition] et sur la création de pochettes de disques.

Takashi Tsuda - hofli
Après la danse buto dans les années ’90, Takashi Tsuda s’est orienté vers l’improvisation et la musique électro-accoustique. Sous le nom de hofli, il collabore avec Koji Asano, Tamaru, Sawako, Phroq, Tadahiko Yokogawa…

Dans la foulée, Kokeko fignole pour bientôt la compilation Kokekompl : un disque qui rassemble les artistes des sessions live de Kokeko, et d’autres talents qui évoluent dans la même sphère musicale.
Avec des titres de : Makoto Kawabata, Aki Onda (qui s’est produit dernièrement au festival Tokyozone), Jean-François Pauvros, Tetuzi Akiyama avec Eric Cordier (enregistré live en janvier 04), Kohei Matsunaga, Aya Colette, le collectif Sensors Sonics Sights (Atau Tanaka, Cécile Babiole et Laur
ent Dailleau)…

Half Moon of the Pascals
compilation des Disques du Soleil et de l’Acier
Cd DSA 54086 - sorti en février 04

Des Pascals, formation japonaise de 15 musiciens emmenés par Rocket Matsu, on connaissait jusqu’ici deux albums fourmillants de trouvailles sonores et d’humour, <Pascals> et <Abiento>, et des concerts inoubliables - récemment au Café de la Danse. Mais ses membres mènent également des projets parallèles qui approfondissent leurs expériences musicales et que rassemble la compilation Half Moon. Le violoncelliste Hiromichi Sakamoto se reconvertit pour l’occasion en homme-orchestre sur le morceau <Half a summer has been delivered> ; les chanteuses Akane et Utsuo se fendent de charmantes berceuses ; les collectifs Tama et Komatcha Klezmer rappellent l’ambiance festive et déconnante des Pascals. Half Moon est une autre manière, plus personnelle et moins déglinguée, de s’introduire dans l’univers musical des Pascals. Et un joli cadeau pour les 20 ans du label DSA.

Taoci : grès et raku du Japon
# 3 du Bulletin de la Société Française d’Etude de la Céramique Orientale
91 pages, format 21x27, illustrations couleur - 30 euros
disponible à la librairie You-Feng (rue Monsieur le Prince, Paris 6è)
et sur le site www.ceramique.com

Rassemblant les actes d’un colloque international autour des poteries de grand feu et de la tradition du raku au Japon, cet ouvrage est le fruit de recherches dans tous les domaines qui entourent les fameuses céramiques japonaises : sociologie, archéologie, esthétique, philosophie, religion.

You drive me oh oh oh
www.torisukoshiro.com

Un chat visiblement sous hallucinogènes, un cerf. Cliquez sur l’un des deux : ils s’installent aux platines et s’excitent pendant 3 minutes sur le titre ‘You drive me oh oh oh’ de Juicy Panic (Mami-chan et Norman Bambi). C’est très drôle, et c’est la nouvelle animation des designers nippons Koshiro Torisu et Autophene.
photo : © Koshiro Torisu

CINEMA & TV


Le Japon à la tv
Dark Water de Hideo Nakata - sur Canal + le samedi 20 mars, 04h25
Japon, 2003, 1h37
Yoshimi Matsuraba élève seule sa fille Ikuko, et décide de déménager pour oublier sa vie passée. Mais leur nouvel appartement suinte le glauque et l’insalubrité, leur existence se dégrade, et les pires cauchemars de Yoshimi s’incarnent… Proclamé maître de l’épouvante au Japon, Hideo Nakata a raflé avec Dark Water trois prix au festival de Gerardmer 2003.
photo : © Diaphane

Hanabi - sur Arte le mardi 16 mars, 19h
documentaire de Gert Anhalt (Allemagne, 2004, 43’)
Là où les feux d’artifice sont rois (le Japon), l’entreprise Kagiya perpétue une tradition qui remonte au XVIIè siècle. C’est l’une des deux dynasties nippones d’artificiers, qui rendent possible l’incroyable spectacle qui a lieu à chaque été à Edogawa : un million de Japonais y assistent à ce mélange de pyrotechnie, de technologies de pointe et de rite shintoïste.
photo : © nihon no tomodachi

L’empire des sushis - sur Arte le mercredi 17 mars, 19h
documentaire de Gert Anhalt (All/Jap, 2002, 43’)
Le trajet d’un poisson dans la culture japonaise : directement de Tsukiji (le port de Tokyo) aux assiettes sous la forme de sushi, ou dans un étang d’ornement, où le prix des carpes (koi) peut atteindre celui d’une voiture de sport…

Les hommes qui marchent sur la queue des tigres - le mardi 23 mars sur Arte, 00h30
moyen-métrage d’Akira Kurosawa
Japon, 1952, 59’
Japon, fin du XIIè siècle. Yoshitune, ancien seigneur et fils du clan Minamoto, fuit le shogun Yoritomo avec ses compères samouraïs. Mais leur déguisement de moine bouddhiste n’est pas suffisant pour passer inaperçus…
Adaptation d’une fameuse pièce de théâtre kabuki (Kanjicho), <Tora no o wo fumu otokotachi> est resté dans les annales comme le premier film de samouraïs d’Akira Kurosawa. Son tournage a été difficile, à une époque où le Japon perd la guerre et est occupé par les Américains. Idem pour sa sortie, repoussée jusqu’en 1952 par des puristes du kabuki qui reprochent à Kurosawa les distorsions qu’il s’autorise avec le texte original. Le film, qui augure de la maîtrise technique et esthétique du réalisateur, mélange allègrement il est vrai tragédie, humour et histoire.

Rétrospective Kon Ichikawa
Maison de la Culture du Japon à Paris, jusqu’au 27 mars
tarifs : 3 et 4 euros
films en VO sous-titrée en français
programme : www.mcjp.asso.fr

Kon Ichikawa est surtout connu pour ses adaptations des plus grands romanciers japonais contemporains : Mishima (Le pavillon d’or), Tanizaki (La confession impudique), Soseki (Le pauvre cœur des hommes) ou Shugoro Yamamoto (Doraheita)… Autant de films présentés en partie au cours de cette rétrospective qui couvre un large intervalle de la carrière d’Ichikawa (de Sanshiro de Ginza en 1950 à Doraheita en 2000), mais pas seulement : on y découvre aussi des œuvres plus satiriques (comme Monsieur Pu, comédie loufoque sur le Japon troublé d’après-guerre), humanistes (La chambre des exécutions), ou des hommages rendus au 7è art (L’actrice, film sur la carrière de l’interprète fétiche de Mizoguchi, Kinuyo Tanaka).

EXPOSITIONS


Michel lazy/Tetsumi Kudo : face à face I
au Palais de Tokyo jusqu’au 11 avril
13 av. du Président Wilson, Paris 16è
01 47 23 54 01 / www.palaisdetokyo.com

Des formes organiques, voire phalliques, des jardins pollués, Tetsumi Kudo envisage de manière traumatique le sort que l’homme réserve à la planète, donc à lui-même. L’artiste japonais a fait dès les années ’60 de l’écologie une urgence absolue. Il appartient à une génération qui considère Hiroshima comme l’année artistique zéro et en fait un élément récurrent de son travail. D’un kitsch un peu morbide parfois, il se fait connaître dans des performances qui combinent zen, pop-art et préoccupations écolo. Rescapé du mouvement avant-gardiste Gutaï (www.gutai.com), Tetsumi Kudo cultive des formes décomposées et polluées, un quotidien mécanisé et effrayant mais coloré et opposé à toutes les « philosophies de l’impuissance » (cf. photo…)
Kudo au Centre Pompidou : www.insecula.com/contact/A009231.htm

Do you like yen ?
exposition les 20 et 21 mars à la galerie éof
15 rue St-Fiacre, Paris 2è
01 53 40 72 22
entrée libre de 14h à 21h

Fini d’être un spectateur passif, d’arriver, de contempler puis de repartir. Do you like yen ? est une expo interactive qui propose une réflexion sur le Japon contemporain (intervention en Irak, culte du yen) par le biais de la participation du public. Comment passer à l’action ? Téléchargez sur le site http://linked222.free.fr/ un yen japonais de couleur rose, faites-en ce que vous souhaitez (les moyens d’expression sont libres : collage, découpage, peinture, écriture…) et envoyez le tout à linked222@free.fr. Les images seront affichées lors de l’exposition, mais vous pouvez aussi les apporter directement à la galerie éof. A suivre : la réalisation d’un journal à partir de ces images, distribué à Tokyo durant l’été 2004.
Informations : http://linked222.free.fr/

MUSIQUES


Taku Sugimoto + Radu Malfatti
En concert le mercredi 17 mars aux Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil - M° Roberspierre
01 42 87 25 91 / www.instantschavires.com / instantschavires@wanadoo.fr
tarifs : 9 (prévente) / 11 euros

Au croisement du blues, de la musique traditionnelle japonaise, du minimalisme radical, Taku Sugimoto est un guitariste inclassable à la discographie impressionnante. Il développe une approche particulière de la musique improvisée, et les sons qu’il tire de sa guitare sont caractérisés avant tout par le rapport au silence et l’attirance pour les sons ‘faibles’. Après des rencontres avec les improvisateurs les plus novateurs - Keith Rowe, Toshimaru Nakamura, Otomo Yoshihide, Günter Müller… - il sera accompagné du trombone de Radu Malfatti.
photo : © Masae Tanabe

Takahiro Shimizu

L’accordéon de la formation jazz Le Pacifique Esprit inaugure une série de rencontres au répertoire libre. Accompagné du bassiste Nicolas Viard, il jouera le vendredi 12 mars à l’Orient Express en compagnie du guitariste Marcello Zavala (20h30). Autre projet, autres concerts : des duos intitulés ‘Taka-ying’ et ‘Taka-yang’ au Studio Shala le samedi 20 mars (21h) avec Sachiko, la chanteuse du groupe Mah-Jong, et le dimanche 21 mars (18h) avec Lena Circus.
L’Orient Express, 12 rue Claude Tillier, Paris 12è - M° Reuilly-Diderot - participation libre
Studio Shala, 10 rue Sergent Bobillot, 93100 Montreuil - M° Croix de Chavaux - entrée : 7 euros (plein tarif), 5 euros (tarif réduit), 10 euros (pour les deux jours)

Gagaku : musique et danses traditionnelles japonaises
le jeudi 1er avril à la Maison de la Culture du Japon à Paris
tarifs : 9 (réduit) / 12 euros

Musique officielle à la cour impériale, dans les temples et les sanctuaires, depuis Heian (794-1192), le gagaku est la plus ancienne des musiques du Japon. Mêlant chant, musique et danse, porté par de somptueux costumes et une gestuelle codifiée, le spectacle est habituellement divisé en trois moments : utaimono (chants), kangen (instruments) et bugaku (danse accompagnée de musique). L’ensemble Garyokai reçu pour ce concert exceptionnel par la MCJP est l’héritier de la tradition musicale du temple Shitennoji. Il joue un rôle actif dans la perpétuation du rituel du gagaku, au Japon comme à l’étranger, et dans des créations contemporaines.
photo : © Tennoji-gakuso Garyokai

L’ensemble Tennoji-gakuso Garyokai se produira également à Radio-France le vendredi 2 avril à 20h, salle Olivier Messiaen
Entrée libre dans la limite des places disponibles

SCENES


La mort d’Emprédocle Spectacle à tarif Jipango
au Théâtre Molière jusqu’au 11 avril
pass. Molière, 157 rue St-Martin, Paris 3è
01 44 54 53 00 / www.maisondelapoesie-moliere.com

Pour bénéficier d’un tarif Jipango de 17 euros, réserver en précisant <Jipango> et retirez votre place avec le mail-service imprimé - valable pour toutes les représentations jusqu’au dimanche 28 mars.

D’après le texte de Friedrich Hölderlin, mise en scène de Philippe Lanton, chorégraphie buto de Katsura Kan, interprètes : François Marthouret, François Genty, Philippe Dormoy ; musique : Michihiro Morisada (contrebasse) et Khorei Deguchi (flûte, percussions)

De ce poème fantastique et métaphysique écrit par Hölderlin peu avant qu’il ne sombre dans la folie, Philippe Lanton fait un spectacle où le drame antique résonne avec la danse buto de Katsura Kan. Adepte d’une forme très personnelle du buto, le jeune danseur japonais a déjà participé à une expérience théâtrale en 2002 en dansant sur le texte de La Tempête de Shakespeare. Le metteur en scène a ressenti la nécessité d’intégrer sa danse dans la représentation par la correspondance qui lie les deux formes : « ce vers quoi tend le danseur buto, c’est (…) l’effacement bouddhiste du Je, la fusion dans l’Un, le Tout, le Soi. (…) C’est un même mouvement qu’accomplit Empédocle lorsque chassé par son frère, le roi, parce qu’il n’a plus les faveurs ni l’audience de son peuple, il choisit l’exil sur les pentes de l’Etna (…) un exil intérieur qui est finalement source de libération ».
Katsura Kan se produira dans une chorégraphie solo à l’Espace Bertin Poirée les 27 et 28 avril prochains - http://perso.wanadoo.fr/asstenri/spectacles.html

Festival de l’imaginaire

à la Maison des Cultures du Monde jusqu’au 04 avril
101 bvd Raspail, Paris 6è
01 45 44 72 30 / www.mcm.asso.fr - billeterie : 01 45 44 41 42
tarifs : 20 / 14 (groupes et collectivités) / 10 euros (chômeurs, -26 ans)

Le Festival de l’imaginaire réserve toujours une place de choix à un Japon pointu et rarement vu en France. Il invite cette année une formation originale de ‘cithares’ asiatiques : IIIZ + (lundi 15 mars, 20h30). Composé d’un zheng (Chine), d’un koto (Japon), d’un kayageum et d’un tambour coréens, l’ensemble interprète des compositions traditionnelles et contemporaines. <Pling, plang, plung and [ka] boom !>, c’est le titre du programme joué le 15/03, avec : deux pièces contemporaines écrites par Hiroko Ito, des pièces traditionnelles de Chine et de Corée, un morceau pour koto écrit par le compositeur japonais Tadao Sawai… (la joueuse japonaise de IIIz +, Masayo Ishigure, a été l’élève de Tadao et Kazue Sawai, deux des plus grands maîtres de l’instrument au Japon).

Le Festival retrouve également le théâtre kyogen de la famille Shigeyama, qui affiche toujours trois générations d’acteurs ensemble sur scène et perpétue un art scénique de la farce et du relâchement (car les pièces de kyogen sont normalement jouées pendant les pauses d’un spectacle de théâtre no, afin de relâcher la tension des spectateurs et des acteurs) - le samedi 20 à 2Oh3O, et le dimanche 21 à 15h et 18h.

Dans le cadre de rencontres plus générales autour du thème <Notre Japon - L’influence du Japon sur la scène occidentale>, la MCM invite l’essayiste George Banu et l’universitaire Michel Wisserman à dialoguer avec des créateurs occidentaux dont le travail s’inspire de l’esthétique nippone - les rencontres ont lieu de 18h30 à 21h30, entrée libre
22/03 : avec la famille Shigeyama et Eugenio Barba
Akira Shigeyama dans Acte sans paroles de Samuel Beckett à la manière kyogen.
23/03 : avec Daniel Janneteau (metteur en scène), Susan Buirge et Catherine Diverrès (chorégraphes)
24/04 : avec Frédéric Fisbach (metteur en scène) et Nicolas Saverese

Dance Box 2004
festival de danse contemporaine jusqu’au 3 avril
Espace culturel Bertin Poirée, 8-12 rue Bertin Poirée, Paris 1er
réservations : 01 44 76 06 06 / info@tenri-paris.com
tarifs : 10 (réduit) / 12 euros

L’Espace Bertin Poirée est une salle plutôt austère mais incroyablement dynamique dans la promotion de danses contemporaines japonaises et européennes, soutenant les compagnies émergentes et les premières créations de jeunes chorégraphes. Son festival annuel Dance Box fait le point sur les nouvelles tendances du buto, de la danse contemporaine et du théâtre gestuel, privilégiant manifestement les danseurs qui travaillent sur l’évolution du corps dans un espace sonore et visuel nouveau (musique, chant lyrique, installation sonore, photo, vidéo).
programme : www.tenri-paris.com

DIVERS


Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics

CARNET D'ADRESSES


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
bertin.poiree@wanadoo.fr
http://perso.wanadoo.fr/asstenri


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com