n° 63
Le 16 décembre 2003

NOUVEAUTE CINEMA & TV EXPOSITIONS MUSIQUES

• Festival OTO – nuit électronique franco-japonaise
• Irasshaimase, photos de Frédéric Lebain
• Coin-Coin, le webzine nippon

• Ozu à la télé

• Hommes et robots
• Photos de Daido Moriyama
• Allo...moshi moshi
• Kimonos de Mamoru Ishihara
• Peintures de Yoshinosuke Kozu
• Céramiques et ikebana

 

SCENES DIVERS CARNET D'ADRESSES

• Gyohei Zaitsu et Takahiro Shimizu

• Noël nippon
• Concours d’expression sur le Japon

 

(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Info"
Pour ancien numéros.


Jipango # 10 : êtes-vous zen ?

Devenir zen, et le rester. Dans le dernier numéro de Jipango, retrouvez le zen dans tous ses états : témoignages, récits de voyage, arts martiaux et objets-cultes... Un Jipango minimaliste, toujours gratuit et utile !
Sur notre site internet www.jipango.com, participez à notre enquête sur le profil des lecteurs, et gagnez 2 allers-retours Paris/Japon offerts par Air France !


Club Jipango

Rejoignez le Club Jipango, et profitez de nombreux avantages qui vous feront véritablement vivre le Japon en France !
Avantages réservés aux membres :
- Web Magazine. Envoi mensuel sur l'actualité au Japon. (vous pouvez le retrouvez sur http://www.jipango.com/webmag/no3/webmag0703.html)
- Envoi à domicile du journal Jipango.
- Participation prioritaire aux conférences et soirées thématiques de l'association.
- Rencontres avec des artistes, écrivains et des spécialistes du Japon.
- Réductions dans certains magasins, restaurants et agences de voyage.

La cotisation annuelle pour devenir membre est de 25 euros par an.
Pour vous inscrire, merci de contacter à Jipango@jipango.com

NOUVEAUTE


OTO – nuit électronique franco-japonaise
samedi 20 décembre, 23h, au Glaz’art
7/15 av. de la Porte de la Villette, Paris 19è – M° P. de la Villette
entrée : 10 euros
tél. 01 40 36 48 49 / www.glazart.com
info/oto@free.fr

Entièrement dédiée à l’électronica, la 1ère soirée OTO dégaine une pointure de la scène japonaise contemporaine. Yoshihiro Hanno, compositeur et producteur (son dernier album, Lido, vient de sortir), flirte autant avec les studios (10 albums à son actif) qu’avec d’autres expérimentateurs du son : Björk, Ryuichi Sakamoto, Aoki Takamasa… Ses sets, d’électro minimale et déstructurée, en font un puissant artiste en live, en plus d’un incroyable défricheur en studio.
Pour les 10 ans du label Torema Records, OTO présente aussi le dj Taro, habitué des clubs tokyoïtes de renom (Liquid Room, Yellow), pour un mix de minimale et d’électronica.
Et jusqu’au 27 décembre : exposition autour des mangas et projections de films (classiques + animations du collectif Metronomic) au Glaz’art.

Irasshaimase, Frédéric Lebain

éditions France Delory, 2003, 38 euros
208 pages, photos couleur format 20x30 cm

Le charme des clichés de Frédéric Lebain tient principalement à l’intimité qu’ils révèlent, ou trahissent. Celle des Japonais tout d’abord, saisis dans leur vie sociale et quotidienne : un mariage (superbe, en ouverture), deux employés au bureau, des écolières… Celle du photographe ensuite, car l’intérêt de Frédéric Lebain pour l’archipel ne date pas d’hier. Son Japon intime est souvent estival, saturé de lumière et de couleurs. Des scènes d’extérieurs pour l’essentiel, d’espaces urbains, qui rappellent ceux de Takashi Homma. Et des plans resserrés sur de grands classiques : combini stores, distributeurs de boissons, pachinko… Soudain, une série d’une épuration extrême sur le village enneigé de Shirakawago ; presque du noir et blanc. Les sujets et l’ordre de succession des clichés insistent sur certains contrastes chers aux Japonais : villes prises en panoramique contre petits détails de la vie japonaise, mouvement (un dojo) contre immobilité (bains rotenburo), buildings contre temples…
C’est dans les scènes de bord de mer que le Japon de Frédéric Lebain est le plus beau et le plus touchant : jeux sur la plage de Chinen, départ de ferrys au milieu des mouettes de Yokohama, instantanés pris au port de Tokyo (Tsukiji), et magnifiques scènes de pêche, à Fukuejima.

Coin-Coin, le nouveau webzine nippon
www.hoppe.jp

C’est quoi Coin-Coin ? La nouvelle idée du designer japonais Koshiro Torisu, installé à Paris, et de sa complice Narumi-san : un webzine mensuel et culturel destiné à ceux qui lisent le japonais (attention tout est en VO !). Lancé le mois dernier, Coin-Coin remue son bec dans l’actualité art-design-musique-mode : interviews, reportages, chroniques… Guettez pour bientôt son 2nd numéro, habillé par le designer Autophene.

CINEMA & TV


Ozu à la tv : Bonjour (1959)
rediffusion le vendredi 19 à 1h00 sur Arte
Avec Koji Shidara, Masahiko Shimazu, Kuniko Miyake

Minoru et Isamu, deux frères turbulents, feraient n’importe quoi pour avoir une ‘telebi’ (télévision), mais leur père refuse d’en acheter une. Un jour, ils décident la grève générale et illimitée de la parole…
On connaissait le cinéma de Ozu plus cérébral, mais cette comédie légère vient s’insérer dans son œuvre comme une heureuse parenthèse. A travers un humour puérile (mais c’est celui des enfants…), Ozu se paye en plus le luxe d’une critique du vide télévisuel, et bien avant tout le monde.

EXPOSITIONS


Hommes et Robots : Fantaisies Cybernétiques
exposition jusqu’au 31 janvier 2004
Maison de la Culture du Japon à Paris
entrée : 3 (réduit) / 5 euros

7 installations, un historique et un écran vidéo pour réfléchir sur notre monde robotisé. La mcjp a encore une fois mis les bouchées doubles sur la mise en scène, aménageant au 2è étage un libre parcours entre lectures, projections, jeux vidéo d’un genre nouveau (cf. photo Cochineal © Noboru tsubaki), objets disposés sous verre, serre de ‘robots-plantes’ (projet Orchisoid 03), parterre de figurines (cf. photo Atom Suit Project © Kenji Yanobe), chambre cyber-ludique pour enfants… ‘Fantaisies Cybernétiques’ explore les vies artificielles des robots qui nous entourent, leur impact sur le quotidien d’un peuple qui a su apprivoiser ces machines, et l’utilisation qui en est faite chez des artistes, passionnés par cet univers fantastique. Souvent surprenante (les robots-musiciens créés par le groupe Maïwa Denki), parfois un peu prétentieuse (car le fameuse installation ‘1000 deathclocks in Paris’ a déjà été vue et revue sur internet…), l’exposition est surtout riche en découvertes, loufoques pour l’œil occidental mais intégrées depuis longtemps par les Japonais. Car chez eux le robot ne date pas d’hier : à l’époque d’Edo , déjà, ils inventaient un automate serveur de thé vert !
Et toujours dans le cadre de Hommes et Robots : cycle de films d’animation consacrés aux robots jusqu’au 24 janvier, danse contemporaine de la compagnie Noism 04 (22-24 janvier), conférences, démonstrations de robots… programme : www.mcjp.asso.fr

Daido Moriyama
exposition jusqu’au 11 janvier à la Fondation Cartier
261 bvd Raspail, Paris 14è
entrée : 3.5 (réduit) / 5 euros, mar-dim 12h/20h
tél. 01 42 18 56 77 / www.fondation.cartier.fr

Ce n’est pas parce que Daido Moriyama prend ses clichés sans zieuter dans le viseur et à la va-vite (parfois en courant, en faisant l’amour même) qu’il ne faut pas prendre son temps pour les regarder. En 40 ans de carrière, le monstre sacré de la photo japonaise est resté fidèle à ce projet : photographier ce qu'il y a de « dramatique, remarquable, fictionnel (…) dans l'existence quotidienne chaotique (…) qui fait tout le Japon ». Les clichés rappellent ainsi le goût de Moriyama pour l’étrange, le singulier, l’inhabituel. Comme ceux de son quartier de prédilection à Tokyo, Shinjuku, avec ses prostituées et ses coins sombres. Comme sa première série : des fœtus dans du formol. Comme une autre, consacrée aux accidents, en référence à Andy Wahrol. Dur de faire entrer toutes ces vies dans le cadre de la photo. Alors les espaces saturent, les sujets crèvent les cadres, les dégradés de gris s’enchaînent, faisant des photos de Moriyama le récit d’une face cachée du Japon.
site officiel de l’artiste : www.moriyamadaido.com

Allo... moshi moshi
regards croisés sur la création graphique entre Paris et Tokyo
exposition multimédia au Cube jusqu’au 27 décembre
20, cours St-Vincent, 91230 Issy-les-Moulineaux
tél. 01.58.88.3000 / www.lesiteducube.com

Depuis un bon moment, les arts graphiques japonais et français se tournent autour, flirtent à l’occasion, se rencontrent parfois. ‘Allo...moshi moshi’, à l’initiative du Cube et du collectif de créateurs Solotusk (www.solotusk.com), propose des regards croisés sur cette relation féconde.
L’espace d’exposition est exigu, mais ses possibilités sont infinies : plusieurs Mac donnent accès à l’univers graphique très inspiré par le monde de la Bd de Thomas Guillemot (cf. photo © Thomas Guillemot), aux images fixes ou animées du collectif français Outliner, aux jeux interactifs ‘Lovotel’ et ‘Byte & Chat’... Quelques panneaux également, réalisés par les graphistes Tchikioto et Torisu (je vous laisse deviner lequel des 2 est français), ou Radical Suzuki (cf. photo © Radical Suzuki), dont les images sont l’habile synthèse d’un style japonais et d’une sensualité à la française. De quoi prouver que l’art graphique est le plus court chemin entre Paris et Tokyo.

Mamoru Ishihara, kimonos
exposition jusqu’au 21 décembre au Comptoir du Marais
8 rue de Moussy, Paris 4è
tél. 01 42 74 06 06
entrée libre du lun-sam 11h-19h30, dim 14h-19h30

Les kimonos de Mamoru Ishihara font le lien entre la tradition japonaise et le monde de la mode. De la beauté, de l’éclat, il y en a dans ses créations 2004. Inspirés à la fois de l’esthétique nippone (wabi et sabi) et d’un style occidental plus pratique et décontracté, ses kimonos semblent trouver leur aboutissement dans les somptueux uchikake, parures de mariage à la superbe couleur vermillon.

Yoshinosuke Kozu : Espace, silence et blanc
exposition jusqu’au 24 décembre à la galerie Yoshii
8 av. de Matignon, Paris 8è
tél. 01 43 59 73 46 / g.yoshii.paris@wanadoo.fr
entrée libre lun-sam 10h/13h-14h/19h
http://www.yoshinosuke.net

Yoshinosuke Kozu a un jour plaqué ses études de physique planétaire pour se concentrer sur la peinture, passion révélée par les tableaux de Joaquin Trrents Llado. Aujourd’hui installé à Madrid, il a surtout le coup de pinceau pour des natures mortes épurées, souvent sur fond blanc.
photo : Pomme n°1, 2003

Andoche Praudel et céramiques et Ikebana
exposition jusqu’au 19 décembre à l’Espace Culturel Bertin Poirée

Passé de la peinture à la céramique, Andoche Praudel s’est toujours inspiré de la technique comme de l’esthétique nippone en la matière, au point de devenir un spécialiste des céramiques japonaises. En théorie (Essai sur la céramique japonaise depuis les origines, éditions You-Feng, 2001) comme en pratique. Pour cette exposition, ses créations, des raku ou des céramiques de style plus personnel, sont çà et là habitées des fleurs de …, dans un style ikebana particulièrement épuré.

MUSIQUES


SCENES


Une Fleur sans nom
les 23 et 24 décembre, 21h, au Studio Shala
10 rue Sergent Bobillot, 93100 Montreuil – M° Croix de Chavaux (L 9)
entrée : 6 (réduit) / 8 euros
réservations : 01 48 51 01 94

Takahiro Shimizu pour la musique (accordéon), Gyohei Zaitsu pour la danse (buto contemporain)
dernier atelier de danse buto animé par Gyohei Zaitsu : dimanche 20 décembre, 16h-21h
au Chat Soleil (Montreuil) – tarif : 15 euros – renseignements : 01 47 83 48 01 / 06 84 90 74 87

DIVERS


Noël nippon

Un Noël à la japonaise, ça se prépare. Pour aller faire votre marché, rendez-vous jusqu’au 20 décembre au Centre Culturel Franco-Japonais (voir coordonnées dans le Carnet d’Adresses). Vous y trouverez des créations originales d’artisans français et japonais : foulards, lithographies, vannerie en bambou, bijoux, céramiques, matériel à origami et calligraphie… ouvert du lundi au samedi, 12h/18h.
Même esprit et même diversité d’objets au Bazar de Noël de l’Espace Japon, du 16 au 20 décembre. Tissus, objets d'artisanat, vaisselle, livres, vêtements...

Concours d’expression sur le Japon
organisé par l’association Générations France-Japon
33 rue du faubourg Monmartre, Paris 9è
renseignements au 01 53 51 90 / agfj@wanadoo.fr
http://concoursjapon.free.fr

Top départ pour le très attendu « concours d'expression sur le Japon ». Les participants, étudiants ou lycéens, concourent dans deux catégories distinctes : discours en japonais et discours en français. La finale verra les 10 lauréats prononcer leurs textes en public dans la grande salle de la Maison de la Culture du Japon le 3 avril 2004.
A la clé : 6 voyages au Japon pour les finalistes les plus convaincants !
Envoyez vos textes (3/4 pages) avant le 26 février 2004 à Générations France-Japon.

Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics

CARNET D'ADRESSES


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
bertin.poiree@wanadoo.fr
http://perso.wanadoo.fr/asstenri


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com