Jipango No6 Nov 2001 .

 Le Japon comme vous ne l' avez jamais vu

A PIED

Sur la route des shoguns

.

Cela fait un peu plus de 20 ans que Patrick Carey vit au Japon où il est professeur d'anglais à l'université. Sur les pas du grand estampiste Hiroshige,

il a suivi, à pied, l'ancienne route de Tokaido et en a fait un livre : "The Old Tokaido, In the footsteps of Hiroshige" publié en anglais par Global Oriental 1.

«Un jour, à Jimbocho, le quartier de livres d'occasion de Tokyo, j'ai trouvé un livre avec une carte de la route de Tokaido2 illustré de quelques estampes ukiyoe. J'ai remarqué une petite route parallèle à la grande nationale. Tous les amis japonais à qui j'ai posé la question m'ont assuré que cette route n'existait plus sauf, peut-être, à Hakone. J'ai voulu aller voir par moi-même et j'ai constaté que la route existait toujours. J'ai retrouvé sa trace en plein Tokyo, juste à côté de la gare Shinagawa où un panneau indique clairement : "ancienne route de Tokaido". J'ai pu suivre cette route jusqu'à Kyoto, ce qui m'a pris exactement 25 jours.

Il est possible, si l'on est un bon marcheur, de couvrir les 490 km qui séparent Tokyo de Kyoto en deux semaines. Mais je recommande d'en prévoir une de plus afin de profiter du paysage et de visiter les nombreux spots touristiques qui jalonnent le chemin. Il faut savoir qu'à l'époque Edo, les voyageurs marchaient en moyenne 6 ri par jour (un ri = 4 km), soit 24 km.
Pour ne pas s'égarer, on a besoin d'un plan, bien sûr, mais aussi d'un bon sens de l'orientation car il n'y a pas de panneau partout. Si vous demandez votre chemin, choisissez, de préférence, des personnes âgées. Elles seront ravies de vous aider et vous parleront de la route avec nostalgie. Communiquer est en effet l'un des plaisirs de ce genre de voyage.

Du temps d'Edo, à chaque relais-étape, il y avait une auberge. Aujourd'hui, tout le long de la ligne de chemin fer de Tokaidosen, on trouve des hôtels. Si l'on veut tenter l'expérience sur un ou deux jours, je recommande fortement la route de Hakone. On va en train ou en autobus jusqu'à Hakone Yumoto et, de là, on commence à marcher à pied. Un chemin escarpé grimpe jusqu'à Moto Hakone mais la pente est plus douce lorsqu'on se dirige vers Mishima. On peut passer une nuit à Moto Hakone face au lac Ashinoko. C'est là que l'on contrôlait les passeports à l'époque féodale. La route est plantée de cyprès Quant à Mishima, c'est une belle petite ville traversée de plusieurs ruisseaux.

Si vous n'avez pas vraiment le temps de vous éloigner de Tokyo, empruntez la route entre Yokohama et Totsuka. Sur les estampes de Hiroshige, la gare de Yokohama n'existe pas car,à l'époque, le terrain sur lequel elle est construite était encore dans la mer. Mais on reconnaît parfaitement une petite rue qui a gardé son aspect ancien. Si l'on emporte avec soi des reproductions des estampes de Hiroshige3 , on peut s'amuser à reconstituer les paysages et les points de vue. Par exemple, un pont en bois a été remplacé par un pont en béton. Parfois, un ancien dépôt datant de l'époque de Meiji ou Taisho, apparaît soudainement au détour d'un quartier résidentiel.

Pour ceux qui disposent de plus de temps, je recommande la partie de la route située entre Yui et Okitsu via le col Sata Toge à Shizuoka. Depuis Sata Toge, la magnifique vue qu'on a sur le Mt.Fuji est pratiquement identique à l'estampe qu'a réalisée Hiroshige. A Yui, un musée entier lui est d'ailleurs consacré. De Shizuoka on peut marcher jusqu'à Mariko via le col Utsunomiya Toge en traversant le minuscule tunnel Meiji. Le paysage est à la fois tranquille et sauvage. Il y a aussi un restaurant - Chojiya - qui a gardé son apparence d'origine avec son toit de chaume. On y sert toujours le tororo (igname) une spécialité servie par les ancêtres du propriétaire à l'époque Edo. Ce restaurant est même cité dans un roman de Basho !

Enfin, si vous voulez faire l'expérience de passer la nuit dans l'une des plus anciennes auberges du Japon, essayez la route de Toyohashi qu'on attrappe depuis la gare de shinkansen, près de Nagoya et marchez jusqu'à Akasaka. L'auberge Ohashiya est tout en bois et la décoration intérieure n'a pas été changée depuis l'époque Edo. Vous pouvez continuer jusqu'à Okazaki, connu pour son château en ruines. »


.

1. On peut le commander sur www.simplyglobalbooks.com ou www.amazon.com

2."Tokaido Guide" (en japonais) édité par Tokaido Network no kai publié par Kodansha.

3. Livre de poche en anglais : "Tokaïdo Hiroshige", publié par Hoikusha. La Banque de Tokai a publié un tract sur les estampes d'Hiroshige "Les 55 relais de la grande route de Tokaido" qu'on trouve gratuitement dans sa succursale de Ginza 7-chome.

 

.


Le piéton de Tokyo

Récemment arrivé à Paris comme directeur adjoint
à l'Office national du tourisme japonais,

Toshifumi Ando ne cherchera pas à vous vendre le Japon des temples ou des circuits. Le Japon qu'il aime est beaucoup plus quotidien. Beaucoup plus secret aussi. Originaire de Gifu, Ando a découvert Tokyo en 1993 en venant y travailler. Durant cinq ans, en compagnie de sa femme, il a parcouru la ville en tous sens, à pied, en bus et même en bateau

«En tout, nous avons bien dû faire plus de 150 balades autour de la Yamanote . Tokyo est une grande ville. Beaucoup plus étendue que Paris. Mais ce n'est pas une ville de gratte-ciel comme on le croit trop souvent. Il y a une infinité de quartiers à visiter, avec leurs ruelles commerçantes (shotengai) ou résidentielles. C'est là qu'on voit vraiment vivre les Japonais. On les voit faire leurs courses, aller au bain A l'heure du dîner, les odeurs de poisson grillé ou de shoyu envahissent les rues. Ce que j'aime le plus, quand je marche à Tokyo, c'est la sensation qu'on éprouve quand on ne sait plus très bien où on est. On peut vite se perdre à Tokyo mais on n'a pas besoin de s'inquiéter. On finit toujours par se retrouver. La technique que nous adoptions, ma femme et moi, pour mieux nous perdre, c'était de prendre un bus, n'importe lequel, et de descendre au petit bonheur. On a ainsi découvert des tas d'endroits où nous ne serions jamais allés si nous avions suivi nos trajets habituels. Comme on n'attend rien de spécial, on n'est jamais déçus. Au contraire, on a toujours de bonnes surprises : une boutique incroyable qui vous ramène dans le passé, un petit matsuri (fête de quartier) qui vous transporte soudain à l'époque Edo

En visitant Tokyo de cette façon, on fait exactement le contraire de ce que font les groupes organisés où tout est décidé à l'avance. Nous, on choisit notre direction à chaque carrefour. C'est un peu comme dans la vie ! On crée nous-mêmes notre propre voyage. Dans ces conditions, tous les quartiers sont intéressants. Même les quartiers de bureaux : le dimanche, ils n'ont pas du tout leur aspect habituel

Au bout de 5 ans, nous avons arrêté nos balades : nous connaissions trop bien la ville et nous n'arrivions plus à nous perdre ! A nous Paris »

 

Recommandations:

On l'aura compris, Ando san n'aime pas les itinéraires pré-établis. Ce n'est qu'avec beaucoup de réticence qu'il a consenti, pour les lecteurs de Jipango, à donner quelques "pistes" d'exploration :

« A partir de la gare de Nippori, près de Ueno. C'est l'un des quartiers les plus traditionnels de Tokyo. On y trouve beaucoup de temples, de cimetières. Il y a encore des puits où les habitants viennent puiser de l'eau ! Le quartier de Sugamo est également très intéressant. C'est un peu le Harajuku des mamies (obaachan). Il y a même un temple fréquenté exclusivement par les grands-mères Enfin, pourquoi ne pas tenter cette expérience insolite : aller à pied de Nippori (au nord de Tokyo) à Yokohama. Je vous recommande de passer la nuit à Meguro (dans l'un des nombreux business hotel autour de la gare) avant de reprendre la route. Mais surtout, n'oubliez pas votre boussole ! En dehors de Tokyo, je recommande une excursion à Tateyama dans les Alpes japonaises. On peut monter jusqu'à 2400 mètres en autobus puis on continue à pied. On dort dans des "yamagoya" (auberges de montagne). C'est très sympathique. Tout le monde se parle. Il y a de très beaux onsen en altitude. »


Copyright : JIPANGO

Création Page Web : Omnippon YAGAI