Le mail service est réactualisé en permanence dans la rubrique MAIL SERVICE.

n° 85
Le 4 avril 2006



Jipango-Café

Le printemps attire beaucoup de Japonais à l'Espace Jipango...


Mari Fujii, grand maître de shojin ryori
(le mercredi 5 avril : Préparation, dégustation, rencontre et open-interview) http://www.jipango.com/mail/27mars06.html

 
L'artiste Yukio Ishihara et la styliste Mamoru Ishihara
(le vendredi 7 avril : Café-Voyage / le samedi 8 avril vernissage)
 
EXPO-VENTE - SHOWROOM - EXPOSITION - DEGUSTATION
5 - 11 : exposition “Croquis – Collages – Créations” de
Yukio Ishihara
5 - 19 : expo-Vente. Shoji, shoji-gami, tatamis, accessoires de salle de bains japonais, etc.
12 - 23 : expo-graphique "estampe numérique"
21 - 23 : showroom/dégustation de thé vert de Fukuoka
 
Le détail à la fin du Mail Service.




- Nekojiru Udon 2 : le retour des chatons sadiques !


- Les femmes révoltées dans le cinéma japonais
- Tokyo Days, carnet de voyage vidéo


- Nagi Noda, exposition pop
- My heart belongs to… Tokyo
- L’univers graphique de Tadanori Yokoo


- KK Nüll en concert
- Les robots de Suguru Goto


- Danse buto – dance box 2006
- Contes et chants du Soleil Levant
- Kim Maeja et Yoshito Ohno, danse contemporaine entre Japon et Corée


- Le pivoine dans la culture florale japonaise
- JETRO test – le japonais des affaires


(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Mail service"
Pour ancien numéros.



Nekojiru Udon 2 : le retour des chatons sadiques
www.imho.fr
Aïe, les revoilà… Nyato et Nyata (‘miaou’ en français), les deux chatons les plus méchants de l’Archipel, reviennent aux éditions Imho dans de nouvelles aventures des plus mordantes. Nekojiru, du nom de l’auteur de cette bd cultissime au Japon, c’est un coup de griffe dans le monde de nos amis les bêtes, une insulte aux bonnes mœurs et à la SPA. Car ces deux chatons sont mignons mais furieusement sadiques. Ils cognent, ils pillent, ils insultent, ils laissent le monde à feu et à sang dans plusieurs historiettes hilarantes qui détournent les codes du kawaï. Un plaisir pour l’amateur de mangas drôles et méchants.
Nekojiru Udon 2
Editions Imho, février 2006
152 pages, 9 euros.


Femmes révoltées : héroïnes, communautés et rebellions
www.mjcmoulin-olivet.org
Misogyne, le cinéma japonais ? Les figures féminines héroïques sont pourtant nombreuses dans les films nippons des années 60/70, comme le montre cette programmation autour des « femmes révoltées ». Après Mizoguchi, qui n’a eu de cesse de filmer la femme japonaise aux prises avec la société patriarcale qui l’enserre, certains réalisateurs ont ancré la représentation des femmes dans un cinéma de genre (le cinéma d’exploitation – voir ainsi la projection du Couvent de la bête sacrée de Norifumi Suzuki, le 6 avril) ou dans un réalisme social nouveau, tel Seijun Suzuki (souvent cité comme source d’inspiration par Quentin Tarantino) avec sa Barrière de chair. Les projections de ce cycle (Le couvent de la bête sacrée le 6 avril, La barrière de chair le 13 avril, Terrifying Girls at High School le 4 mai) seront suivies de débats avec des intervenants spécialisés dans le cinéma japonais.
Photo : La Barrière de chair, de Seijun Suzuki.
Cycle jusqu’au 4 mai
@ MJC d’Olivet
le moulin de la vapeur, 127 rue Marcel Belot, 45160 Olivet
02 38 63 66 60 / mjcmoulin@wanadoo.fr
(sauf La barrière de chair, projeté au cinéma Les Carmes)


Tokyo Days, carnet vidéo de Christophe Luxereau
www.lesiteducube.com
Durant l’exposition My heart belongs to Tokyo (voir la rubrique Expositions), le Cube projette en entrée libre pendant ses heures d’ouverture un film singulier de Christophe Luxereau. Photographe inspiré entre autres par l’univers de l’animation et de la mode, grand manipulateur d’images par ordinateur, l’artiste en vient à une réalité quasi-documentaire avec Tokyo Days. Ce carnet de voyage, tourné durant ses nombreux séjours à Tokyo, relate ses rencontres sur place. Rencontres avec l’humain, avec l’urbain, instantanés de vie et fragments de réalité composent le parti-pris esthétique de Tokyo Days.
Tokyo Days, 2005, 17’30
Projections au mois de mai
@ Le Cube
20 cour st-vincent, 92130 Issy-Les-Moulineaux
01 58 88 30 00 / contact@art3000.com

Nagi Noda, exposition pop
www.colette.fr
A 31 ans, Nagi Noda est une directrice artistique très occupée, à l’esprit espiègle et chahuteur. Pour sa première exposition parisienne, elle propose un pot-pourri de ses différentes réalisations en vidéo, photos et design graphique : un clip pour la chanteuse pop-rock Yuki, une séance fitness à la mode canine (Fitness Video), des figurines du projet Hanpanda… Tous évoquent ses deux secteurs de prédilection : la mode et la musique.
Les sites de Nagi Noda : www.hanpanda.com et www.uchu-country.com
exposition du 3 au 29 avril
@ Colette
213 rue St-Honoré, Paris 1er
entrée libre


L’univers graphique de Tadanori Yokoo
www.fondation.cartier.fr
Ne vous fiez pas au mur monumental de 3700 cartes postales qui sature un mur entier au début de l’exposition. Les œuvres de Tadanori Yoko exposées à la Fondation Cartier sont surtout de grands formats, peintures et collages noyés dans ce rouge caractéristique, témoins de l’âge d’or du graphisme nippon d’après-guerre. Ses toiles, réalisées entre 1965 et 2006, privilégient les associations mentales et esthétiques avec de nombreux emprunts à la culture nippone (geishas, soleils levants, vagues à la Hokusai) et la répétition de motifs obsessionnels qui familiarisent le spectateur avec la culture graphique de Tadanori Yoko et rendent la visite passionnante. A l’étage, sur la mezzanine de la Fondation, une sélection d’affiches et de cartons donnent un dernier aperçu des liens étroits entretenus par l’artiste avec ses contemporains, Yukio Mishima, Issey Miyake ou le designer Naoki Takizawa.
Une fois sur place, n’hésitez pas à aller jeter un œil au sous-sol à l’exposition du photographe Juergen Teller : entre deux clichés de mode ou de Kate Mosh, il rapporte quelques jolies photos d’un voyage en famille au Japon.
Le site de Tadanori Yoko : www.tadanoriyokoo.com
exposition jusqu’au 28 mai
@ Fondation Cartier
261 bvd Raspail, Paris 14e
01 42 18 56 50


My heart belongs to... Tokyo
www.lesiteducube.com
Deux ans et demi après l’exposition Allo… moshi moshi…, le Cube se remet à défricher la scène artistique japonaise d’aujourd’hui avec une sélection de jeunes photographes, graphistes, illustrateurs, vidéastes et musiciens. Takagi Masakatsu par exemple, jeune artiste de 26 ans, reconnu comme l’un des meilleurs créateurs visuels de sa génération, présente 5 vidéos récentes autour des ‘petits miracles du monde’ (l’enfance, l’amour, la vie) qu’il aime mettre en images et en musique. Comme beaucoup des artistes émergents exposés au Cube, Masakatsu croise les styles et les champs artistiques. Ainsi sa compagne Saeko Takagi, qui en marge de la peinture réalise depuis 2004 les clips de la chanteuse UA, ou encore le collectif tokyoïte Tasha Hisha (peinture, musique et vidéo). Parmi la dizaine d’artistes exposés, on trouve également le graphiste Adapter (photos numériques), Ten_Do_Ten (pixel art), Enlightenment (design) ou le photographe Taro Niijima.
exposition jusqu’au 22 juillet
@ Le Cube
20 cour st-vincent, 92130 Issy-Les-Moulineaux
01 58 88 30 00 / contact@art3000.com
entrée libre


KK Nüll en concert
http://les.sons.paranormaux.free.fr/
Attention : KK Nüll décline toute responsabilité en cas d’éclatement de vos tympans pendant ce concert. Guitariste, chanteur, batteur, Kazuyuki Kishino est à la fois connu pour le gros rock noise qu’il joue avec Zeni Geva, et pour ses collaborations avec les personnages les plus incontournables de la scène expérimentale mondiale (John Zorn, Merzbow, Z. Karkowski… la liste est longue). Toujours à la recherche des sons les plus extrêmes (improvisations, bruit blanc, saturation symphonique), KK Nüll s’est mis depuis quelques années aux bidouillages électroniques, notamment dans le projet Monster DVD, et devrait en gratifier le public parisien pour sa première venue depuis 2 ans et demi (avec Z’EV, Sikhara, Theee Rebearth Corporation et EXtern YKon).
Le site de KK Null : www.kknull.com
concerts le 28 avril de 18h à 23h
@ Espace Curial, 90 rue Curial, Paris 19e
tarif : 12 euros.


Les robots de Suguru Goto
www.lesiteducube.com
Avec ses robots percussionnistes, ses capteurs de mouvements et ses deux acolytes Yann Bertrand et Paco Leonarte, Suguru Goto utilise et adapte les évolutions technologiques à ses créations et à son univers. Les systèmes interactifs qu’il invente – le Bodysuit notamment, un sytème de capture des mouvements du danseur Ippei Hosaka – donnent à voir des concerts jamais vus, où les hommes jouent en compagnie d’infatigables robots-musiciens. Compositeur et artiste multimédia, Suguru Goto a travaillé à l’Ircam (l’institut de recherches musicales de Paris) et développe depuis plusieurs années le projet « corps artificiel et corps réel », dans lequel un orchestre de robots est contrôlé en temps réel par un performer revêtu d’une étrange tunique munie de capteurs.
concert le 14 avril à 20h30
@ Le Cube
20 cour st-vincent, 92130 Issy-Les-Moulineaux
01 58 88 30 00 / contact@art3000.com
entrée libre

Dance Box 2006 - “l'eau jaillit”
www.tenri-paris.com
Une chorégraphie de danse buto par Nobuo Harada et la compagnie Seiryu-Kai, représentants de la jeune scène de danse contemporaine japonaise bien implantée à Paris. Pour les huit danseurs qui évoluent sur la jolie scène de l'Espace culturel Bertin Poirée dans “L'eau jaillit”, dans l'immobile et le mouvement, les préoccupations esthétiques sont réelles: “à chercher dans les sources de toutes les formes d'expression, on croise le théâtre, la danse traditionnelle, les arts, la littérature... mais ce que nous appelons le buto, en fait, c'est une tentative intrépide pour saisir au plus vif ce qui n'a pas de nom” (extrait du dossier de presse). Elles prolongent, encore aujourd'hui, celles de l'initiateur de la danse buto dans les années 1950 Tatsumi Hijikata, à l'époque où cette “danse des ténèbres” provoquait le consternement au Japon.
représentations les 7 & 8 avril à 20h30
@ Espace Culturel Bertin Poirée
tarifs: 12 / 10 euros (TR)
(voir carnet d'adresses)


Contes et chants du Soleil Levant
http://anacrouse.free.fr/contes.htm
En mêlant habilement plusieurs contes et mélodies traditionnels du Japon, la compagnie Princesse Lière enrichit son répertoire de nô-opéras depuis 2003 sous la houlette d’Atsuko Majima. Chanteuse lyrique et metteur en scène de ses spectacles, Atsuko Majima veut faire découvrir au public français les récits mythologiques qui composent le répertoire du théâtre no. Dans ces Contes et chants du Soleil Levant, elle a choisi trois contes –le garçon pêcheur, Aka Oni pleurait et la femme paravent – et diverses mélodies traditionnelles – Okina furudokei, kane ga narimasu… - pour une nouvelle création originale, point de rencontre entre théâtre, art lyrique, conte et musique moderne.
représentations les 12 & 19 avril à 19h
@ théâtre du Tambour Royal
94 rue du fbg du Temple, Paris 11e
tarifs : 21 / 16 euros
réservations : 01 48 06 72 34
http://tambour.royal.monsite.wanadoo.fr


Kim Maeja et Yoshito Ohno, danse contemporaine entre Japon et Corée
www.mcjp.asso.fr
Yoshito Ohno a de qui tenir : fils de la légende vivante de la danse buto Kazuo Ohno, disciple de Tatsumi Hijikata, il a fait ses débuts à Tokyo dans les années 1960 et développant un style très sombre et très proche de l’esthétique de ses deux maîtres. A 68 ans, après avoir abandonné la danse entre 1969 et 1985, son apport à la danse contemporaine au Japon est considérable et l’on ne s’étonne pas de le voir collaborer avec la danseuse coréenne Kim Maeja. Elle-même a beaucoup œuvré à l’émergence de la danse buto en Corée, fondant sa compagnie en 1976 et ouvrant en 1985 la première salle de spectacles en Corée destinée à la danse, le Post Theatre. Sans elle, de jeunes danseurs comme Kim Itoh n’auraient pas connu le succès qu’ils rencontrent depuis les années 2000. Yoshito Ohno et Kim Maeja proposent trois chorégraphies, un solo chacun et un duo inédit et très attendu.
représentations les 7 & 8 avril à 20h30
@ Maison de la Culture du Japon
(voir carnet d’adresses)
tarifs : 15 / 12 euros (TR)

L’art floral japonais et la pivoine – spectacles et ikebana
www.parcfloraldeparis.com
La pivoine est particulièrement prisée au Japon par les amateurs d’art floral ikebana. La mairie de Paris et la ville japonaise de Matsue célèbrent le pivoine avec des démonstrations d’art floral (au pavillon 18 du parc floral, les 22 et 23 avril à 15h), des expositions de compositions florales (pendant toute la durée de l’évènement), des spectacles de danses traditionnelles japonaises (Iwami Kagura et Yasugibushi), et des concerts avec les tambours de Gogowa (du 28 au 30 avril à 15h, sous le delta).
du 15 avril au 8 mai
@ parc floral de Paris
route du champ de manœuvre, Paris 12e
01 49 57 24 84 / info@parcfloraldeparis.com


JETRO Test – aptitude au japonais des affaires
www.jetro.go.jp/france/paris/fr/events/test.html
Vu qu’il n’est pas suffisant de parler anglais ou de baragouiner en japonais pour faire des affaires dans l’Archipel, le JETRO (ministère japonais du commerce extérieur) organise chaque année son test d’aptitude au japonais des affaires. L’examen, réservé aux personnes possédant une bonne connaissance du japonais, vise à évaluer leur capacité à comprendre et communiquer en japonais à travers deux sessions (écrit et oral). Il offre un précieux sésame pour tous ceux qui travaillent dans le business franco-japonais.
JETRO Test le dimanche 18 juin
inscriptions jusqu’au 3 mai 2006
droits d’inscription : 50 euros
dossiers à retirer auprès du CPEI-Inalco
claude.ordonneau@inalco.fr / 01 44 05 41 15


Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
info@tenri-paris.com
www.tenri-paris.com


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
reservations@ccfj-paris.org
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com


EXPOSITION à l'espace JIPANGO

5 – 11 avril : exposition “Croquis – Collages – Créations” de Yukio Ishihara.

Café-voyage, vendredi 7 avril, 19h - 22h : Yukio Ishihara présentera les villes d’Osaka, de Kyoto et de Nara à travers une trentaine de ses oeuvres.
Participation 10 euros (1 boisson +1 onigiri)

Vernissage, samedi 8 avril, 14h-18h

En présence de l’artiste Yukio Ishihara et de la styliste Mamoru Ishihara.
Entrée libre.
 
Yukio Ishihara vit à Osaka. Sa démarche artistique prend sa source dans les paysages et le patrimoine culturel et spirituel de la région du Kansai (Osaka, Kyoto et Nara) : le château d’Osaka, les temples bouddhistes, les sanctuaires shinto…
Yukio Ishihara enseigne le dessin et participe à de nombreuses expositions.
 
Vous connaissez Mamoru Ishihara ?
La styliste Mamoru Ishihara est de retour à Paris et en bonne santé !
Les participants de ses Cafés-création sont invités au vernissage de son mari, Yukio Ishirara, le samedi 8 avril entre 14h et 18h. Mamoru Ishihara sera présente à Paris jusqu’au 11 avril.
 
Ouvert : 10h-12h, 14h-19h
Fermé :  samedi matin, dimanche et 15 - 17 avril

 
5 - 19 avril  : expo-vente.

Shoji, shoji-gami, tatamis, accessoires de salle de bains japonais, etc.
Présentation d'une pièce japonaise traditionnelle avec tatamis et shoji.
 
12 - 23 avril : expo-graphique "estampe numérique"
 
le vendredi 21, le samedi 22 et le dimanche 23 avril
showroom / dégustation de thé vert de Fukuoka

Ouvert de 12h à 19h
Dégustation de 5 sortes de thés
de 12h, 14h, 16h, 18h (les horaires sont approximatives)
 
Entrée libre / Sans réservation
 
*Les thés TAMAYURA
C’est au sud du Japon, dans la région de Yame sur l’île de Kyushu, que sont cultivés et traités les thés verts TAMAYURA. Cette région est connue pour les qualités de son climat, particulièrement favorables à la culture du thé surtout le Gyokuro qui requiert une eau très pure, des taux hygrométriques élevés, et des variations de températures entraînant de la brume. (L’irrigation se fait uniquement avec de l’eau de pluie).
En effet, les précipitations y sont importantes (de 1600 à 2400 mm/an), les variations de température au cours de la même journée définissent le caractère général des thés du Kyushu. (Couleur du thé plus vive, goût plus prononcé).

ESPACE-CAFE JIPANGO
6 rue Saint-Claude 75003 Paris.
01 42 78 59 49 / 06 86 20 59 04
Au rez-de-chaussée, au fond de la cour.
Métro : Saint-Sébastien Froissart (ligne 8)