Le mail service est réactualisé en permanence dans la rubrique MAIL SERVICE.

n° 82
Le 21 octobre 2005

 


JIPANGO CAFE
PROGRAMME Octobre/novembre

http://www.jipango.com/mail/17oct05.html

Samedi 22 octobre : Café-création. Bijoux origami à la carte
Dimanche 23 octobre : Cuisine. Nare-zushi
Mercredi 26 octobre : Café-communication. Cuisine naturelle, natto
Jeudi 27 octobre : Vernissage. Expo "Kakejiku" et sculptures musicales
Dimanche 30 octobre : Café-Santé/Relaxation. Initiez-vous au zen
Mercredi 2 novembre : Café-communication. Calligraphie
Dimanche 6 novembre : Cuisine. Nabe
Vendredi 11 et samedi 12 novembre : Café-culture. Stage Sumi-e
Samedi 19 novembre : Café-culture. Stage Haiku

   
Enquête 2005
"Objets esthétiques et utiles"

2 billets d'avion pour le Japon offerts par Air France
Les gagnants sont  J. Hutin de Terrasson et S. Veysset de Meximieux.
Merci encore de votre participation à l'enquête de Jipango.

   
Numéro d'automne

Dossier : Objets esthétiques et utiles. Spécial Beaux livres.
Sortie fin-octobre.

Pour recevoir par courrier, envoyer une enveloppe A5 timbrée (1.22 euros), libellée à vos nom et adresse, à l'association Jipango, 64 bd de Sébastopol 75003 Paris.



- Japon, au pays des onomatopées : lasuite
- Blogs francophones en direct du Japon
- Yakusa, enquête sur le milieu de l’Archipel


- Art vidéo & cinéma expérimental japonais des ’60 à aujourd’hui
- Asiexpo, le festival lyonnais des cinémas asiatiques
- Arts japonais : cycle de documentaires
- Nouvelles images du Japon, nouvelles tendances de la japanimation
- Le Japon à la télé : amours funestes, épouvante & art contemporain


- Le photographe Araki fait son cinéma
- Adaptater, la crème du design nippon
- Claudel au Japon, une passion photographiée
- Mathurin Méheut et le sumi-e – Regards croisés sur le Japon


- Concert : le jazz de Makoto Kuriya
- Nouvelles musiques du Japon
- Les Romanesques en concert et dans les bacs


- Kazehana, dernière chorégraphie de Saburo Teshigawara
- Danses contemporaines japonaises
- Le Fardeau de l’amour, un grand classique du nô


- Un certain regard sur le Japon au restaurant Asian
- conférences : monstres nippons, Paul Claudel et Oe Kenzaburô
- Taifu Festa, festival manga et animation japonaise


(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Mail service"
Pour ancien numéros.



Blogs en direct du Japon
Plusieurs Français expatriés dans l’Archipel se sont mis au blog. Chaque jour ou chaque semaine, c’est selon, ils mettent en ligne les récits de leurs vies nippones. Petite sélection :
- www.fgautron.com/weblog/
Le blog de ce passionné de moto vaut surtout pour les superbes photos qui l’habillent, prises à Tokyo et dans la région de Shonan (Kamakura, Hayama, Odawara…)
- http://tokyo.blog.lemonde.fr/tokyo/
Avec « près de 10 ans de vie au 20ème étage avec vue panoramique sur Tokyo », Lionel Dersault alimente presque quotidiennement son blog de récits lyriques et pleins d’humour sur son quotidien tokyoïte. Cuisine, politique, mœurs et vie dans l’étrange société nippone, rien ne lui échappe.
- www.lesyeuxfermes.com
Un blog qui transporte directement dans un Japon sonore et intime : ‘les yeux fermés’ est en effet constitué de petites chroniques de 5 minutes environ enregistrées par Marine Rouit au fil de ses pérégrinations à Tokyo. ‘Métro, boulot, sentô’, petites discussions en VO, ce blog sonore est une perle rare à l’image du ‘kimono imaginaire’ mis en ligne fin août : entre des enfants qui jouent et des notes évadées d’un concert, des jeux vidéos et un feu d’artifice, fermez les yeux : vous y êtes…
Et les blogs fleurissent sur la toile :
http://www.france-japon.net/blog (2 ou 3 choses à savoir sur le Japon)
http://www.lejapon.fr/blog (c’est arrivé près de chez lui)
http://www.colorsoftokyo.com/ (arrêté en avril dernier, mais tellement beau…)
http://roidelamontagne.blogspot.com/ (la vie quotidienne à l’école des lutteurs de sumo)
http://chaojikazu.over-blog.com (le blog d’un Japonais dans la langue de Molière)

Japon ! Au pays des onomatopées 2
www.ilyfunet.com
Au pays des onomatopées, muka-muka veut dire énervant, trembler se dit gata-gata, et un chien qui aboie fait wan-wan ! Les Japonais sont friands de ce mode d’expression souple et très vivant, qu’ils improvisent au quotidien et réinventent à l’infini. Un sentiment, une situation, une idée : les onomatopées peuvent tout exprimer. Un petit exemple avec hira hira , le vol du papillon : http://www.ilyfunet.com/ovni/2005/570/onomatope.html
« Japon ! Au pays des onomatopées » est un petit livre illustré et passionnant, une véritable mine d’informations sur la vie quotidienne au Japon, et un excellente moyen de progresser en japonais.
Vous pouvez le commander auprès des éditions Ilyfunet, 9 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris
01 47 00 11 33 / ovni@ilyfunet.com
Japon ! de Pierre Ferragut
Editions Ilyfunet, 130 p., 10 euros


Yakusa – Enquête au cœur de la mafia japonaise
La loi du silence a du souci à se faire dans le milieu japonais… Et oui, même chez les yakusa, c’est la crise. Les affaires marchent moins bien depuis la loi antigang de 1992 (appelée Botaiho), les activités traditionnelles laissent place à des business presque légaux, et les langues se délient. Ecrit pendant plusieurs années par deux journalistes français,Yakusa est la radiographie passionnante de cette mafia forte de près de 86.000 hommes, de son évolution récente et des fantasmes qu’elle entretient toujours. Après une explication confuse des origines et de l’histoire des mafieux de l’Archipel, les chapitres les plus intéressants concernent la vie quotidienne des yakusa : le recrutement et la formation des jeunes truands (les junkosei-in) ou la lourde tâche des tueurs à gage (teppodama) par exemple, mais aussi la mutation des activités traditionnelles (recouvrement de dettes, racket, trafics en tous genres) vers des business plus propres et moins risqués. La sympathique pratique du sectionnage de doigt serait même en perdition…C’est la crise, vous dit-on ! Et ce n’est pas l’un des repentis interrogés, Hiroyuki Suzuki, ancien parrain devenu pasteur baptiste, qui vous dira le contraire.
Yakusa, de Jérôme Pierrat et Alexandre Sargos
Flammarion, 2005 – 253 p., 20 euros


Cinéma expérimental japonais de 1960 à aujourd’hui
www.cjcinema.org
Expérimentale, cette soirée de courts-métrages japonais présentée par les vidéastes Shiho Kano et Yuiko Matsuyama. Eux qui se sont illustrés dans plusieurs registres du cinéma expérimental, minimalisme radical pour l’un (Rocking chair, 2000), superpositions d’images et de textures pour l’autre (Silica), ont choisis 15 films japonais de 1960 à aujourd’hui. 15 ovnis cinématographiques répartis en deux séances, où l’on découvre un film rare de l’immense photographe japonais Eiko Hosoe (Navel and A-Bomb, 1960) ou les œuvres récentes de la nouvelle garde, un grand-écart qui permettra d’apprécier le passage du 16mm au format numérique DV.
Photo : Rocking Chair de Shiho Kano.
le jeudi 27 octobre, 20h
@ Cinéma La Clef
21 rue de la Clef, Paris 5e
01 44 85 00 72


Asiexpo, le festival lyonnais des cinémas asiatiques
www.asiexpo.com
Le festival Asiexpo à Lyon propose cette année pléthore de films japonais inédits en France, et même partout ailleurs pour certains. Des films à petits budgets, fables futuristes comme celle des rescapés de After the apocalypse (voir photo), récits sordides comme Domestic Violence de Shun Nakahara, mais aussi des longs-métrages moins torturés (La forêt oubliée, sélectionné à Cannes en 2005) et des films d’animation. Sans oublier un hommage au réalisateur Shinya Tsukamoto avec la projection de ses deux dernières œuvres Haze et Tamamushi.
Des expositions de photographes japonais se dérouleront dans deux galeries de Lyon durant le festival, détails @ http://www.asiexpo.com/festival/2005expositions.html , ainsi qu’une convention Japan Touch les 29 et 30 octobre (http://www.asiexpo.com/japantouch/programme.htm)
festival Asiexpo du 7 au 14 novembre 2005
@ cinémas lyonnais


Arts japonais : cycle de documentaires
www.mcjp.asso.fr
Théâtre nô, danse buto, Tokyo… Plusieurs documentaires sur les cultures japonaises sont au programme de la Mcjp, dont au moins deux inédits : New Life du journaliste Brice Pedroletti (actuel correspondant du Monde à Shangaï), un panorama des réalisateurs-phares du Japon des années ’90 (Naomi Kawase, Takashi Miike, Kiyoshi Kurosawa…), et le tout récent Everything Together de Valérie Touzé, sur le virtuose du piano jazz Yosuke Yamashita. Le grand acteur Manzaburô Umekawa sera présent à la projection du documentaire Théâtre nô – le mystère du silence du réalisateur allemand Thomas Schmelzer (voir la rubrique ‘Scènes’).
Photos : Naomi Kawase et Yosuke Yamashita.
festival du 14 octobre au 10 décembre
@ Maison de la Culture du Japon
tarifs : 4 / 3 euros (TR)


Nouvelles images du Japon
www.forumdesimages.net
Cette biennale de l’animation japonaise à Paris, qui a reçu Hayao Miyazaki en 2001, se réduit cette année à une seule soirée, pour cause de gros travaux à venir dans le Forum des Images… Le programme en est dramatiquement réduit, mais il reste alléchant avec en avant-première Paranoia Agent (2x26 minutes - voir photo), la première série très attendue de Satoshi Kon, le réalisateur de Perfect Blue. Puis une carte blanche d’une heure aux animations du site Internet japonais Open Art (www.open-art.tv – voir plus bas), réseau de diffusion en ligne de films indépendants. Et c’est avec une superbe animation de marionnettes, Le livre du mort (2005), que Kihachirô Kawamoto viendra saluer le public français et clore cette soirée (film en entrée libre).
Open Art : ouvert en 1999, c’est le plus gros portail Internet du Japon avec plus de 1000 films en tous genres et en accès libre 24h/24 ! Soirée spéciale à la Fondation Cartier le jeudi 20 octobre. www.fondation.cartier.fr
Nouvelles images du Japon le samedi 29 octobre à partir de 19h
@ Forum des Images
Forum des Halles, place Carrée, Paris 1er
01 44 76 62 00


Télé : amours funestes, ciné d’épouvante et art contemporain
www.arte-tv.com
Deux ans seulement après son concupiscent Empire des sens, Nagisa Oshima récidive avec L’empire de la passion (1978) dans la mise en scène d’un infernal triangle de la passion. Mensonges, culpabilité, amour fou…Jusqu’où iront Toyoji et Seki, amants passionnés, pour se débarrasser du mari trompé ? En tout cas pas jusqu’au funeste geste d’Abe Sada, elle qui assassina son amant avant de l’émasculer et de fuir, le phallus serré contre son cœur… La véritable histoire d’Abe Sada, de Noboru Tanaka (1975 – voir photo), s’inspire d’un fait divers survenu à Tokyo dans les années ’30, le même qu’Oshima dans L’empire des Sens.
Après les pinku-eiga, le cinéma d’épouvante asiatique a droit à un petit reportage dans Tracks (avec Takashi Miike), ainsi que l’artiste Takashi Murakami, qui était récemment au Palais de Tokyo pour l’exposition collective Translation.
L’empire de la passion, mercredi 2 novembre à 22h40
rediffusion le 4/11 à 00h40
La véritable histoire d’Abe Sada, vendredi 4 novembre à 23h25
Tracks les jeudi 20 octobre et 3 novembre à 23h05

Araki fait son cinéma
www.palaisdetokyo.com
Nobuyoshi Araki a bluffé son public le 8 octobre dernier, au Palais de Tokyo. On y a vu à l’œuvre l’un des plus grands photographes japonais contemporains, polaroïds en main, assistants surexcités lui tournant autour, face à l’un de ses modèles favoris. Un spectacle rare, intense et intime même au milieu d’une centaine de curieux agglutinés. Arakinema, le cinéma d’Araki, un projet qui remonte à 1986 et auquel l’artiste consacre le plus gros de son temps aujourd’hui. Il combine photographie et film, superposant sur l’écran les photos prises durant une performance et le film réalisé au même moment. La diffusion de ce Arakinema est continue de midi à minuit. Le film est accompagné des dernières séries d’Araki en Dvd : Blue Period et Last Summer (expérimentations sur des tirages anciens, peintures sur négatifs), Winter/Spring (les dernières photos de la poétesse Minori Miyata avant sa mort) et Automnal Summer (dans le quartier de Shinjuku, à Tokyo).
Photos : performance au Palais de Tokyo „ Kleinfenn et autoportrait d’Araki.
Arakinema jusqu’au 23 octobre
@ Palais de Tokyo
13 av.du Pdt Wilson, Paris 16e
01 47 23 54 01


Adapter – la crème du design Nippon
www.adapter.jp
Les magazines Relax ou Brutus ont publié ses dessins, la galerie Rocket – l’une des lieux-clés du design à Tokyo – l’a exposé. Il n’a que 28 ans, mais Kenjiro Harigai a déjà marqué le design graphique au Japon en créant en 2003 le collectif Adapter puis l’exposition NWBA (pour No Wall Between the Art – www.nwba-japan.com), qui permet aux artistes émergents de se faire connaître. A la galerie Surface2Air, Adapter présente son univers coloré, fluo, chargé, décalé, assez éloigné du minimalisme de certains graphistes contemporains. Avec son humour noir, ses icônes modernes (Hello Kitty, la bannière étoilée), le design d’Adapter s’expose dans ses formes les plus variées : illustrations, toys, couvertures de magazines, tee-shirts…
exposition du 11 octobre au 15novembre
@ galerie Surface2Air
4 rue de l’arbre sec, Paris 1er
entrée libre
www.surface2air.com


Claudel au Japon, une passion photographiée
www.mcjp.asso.fr
« Connaître le Japon, c’est mon travail de diplomate » disait Claudel, ambassadeur de France à Tokyo de 1921 à 1927. Connaître et aimer, car Paul Claudel appréciait moins les rencontres avec ses pairs diplomates que le théâtre nô, pour lequel il se passionna au point d’y consacrer un célèbre essai, les poèmes haïku et les visites à Kyoto ou aux temples de Nikko. Ce n’est peut-être pas un hasard s’il y achève la rédaction de son œuvre théâtrale majeure, Le soulier de satin, et plusieurs recueils de poèmes comme Cent phrases pour un éventail. Tokyo garde même une trace de son passage avec la création de la Maison Franco-Japonais. Claudel et le Japon, récit d’une passion en 60 photographies.
exposition du 2 au 26 novembre
@ Maison de la Culture du Japon
entrée libre


Mathurin Méheut et le sumi-e – Regards croisés sur le Japon
www.musee-marine.fr
Pour le 39e salon de la marine, le musée du même nom met face-à-face les œuvres du français Mathurin Méheut et une soixantaine de peintures sumi-e prêtées par la fondation Matsushita. C’est en 1914 que le breton Méheut débarque dans un pays qu’il ne connaît qu’à travers le japonisme ambiant de Paris. Au long de ce voyage financé par un amoureux du Japon, Albert Kahn, il dessine et peint sans relâche, avant de rejoindre la France dès la proclamation de la mobilisation générale. Il reviendra de l’Archipel avec quantité de toiles, dont certaines sont exposées au musée de la Marine en même temps que des peintures nippones inspirées de paysages maritimes. Ces sumi-e ont été primées lors des concours organisés par la fondation du célèbre psychiatre japonais Kanemoto Matsushita.
exposition jusqu’au 27 novembre
@ Musée de la Marine
Palais de Chaillot, Paris 16e
ouvert tlj 10h-18h
tarifs : 8 / 6 (TR) / 4 euros (-18 ans)


Jazz nippon : Makoto Kuriya en concert
www.mcjp.asso.fr / http://festival.jazzycolors.free.fr
Le pianiste Makoto Kuriya est un touche-à-tout notoire. Auteur de musiques pour des dessins animés (Evangelion par exemple), producteur de la popstar japonaise Ken Hirai, il est aussi jazzman émérite et couronné par la critique pour son sens de l’ouverture musicale et son renouvellement du jazz nippon. Il participe à Paris à l’ouverture du festival Jazzycolors, sous la houlette du batteur Daniel Humair, et à un concert avec son Makoto Kuriya Unit accompagné de Kiichirô Komobuchi (basse) et Eric Ford (batterie).
Jazzy Colors, concert d’ouverture le 14 novembre à 20h30
@ Maison de la Culture du Japon
tarifs : 5 > 8 euros
Makoto Kuriya Unit le 17novembre à 20h
@ Centre Culturel Suédois
11 rue Payenne, Paris 3e
01 44 78 80 20

Nouvelles musiques du Japon : Chie Mukaï, Melt Banana, Aki Onda…
www.lesvoutes.org / www.pointephemere.org
Les plus grosses pointures de l’avant-garde musicale japonaise se sont donné rendez-vous à Paris entre octobre et novembre. A l’image de Chie Mukaï (www.kilie.com/mukai/e/index.html), artiste underground qui œuvre depuis les années ’60 dans la musique, la danse, avec des spectacles au psychédélisme mélancolique et sombre. Chie Mukaï improvisera 3 soirs de suite aux voûtes avec son kokyû (violon à deux cordes d’origine chinoise), divers musiciens français, et les danseurs de butô Gyohei Zaitsu et Shôichi Fukushi. Autre mythes vivants de la scène japonaise, Acid Mother Temple et Yoshida Tatsuya (des Ruins) reviennent après deux ans d’absence proposer leurs Japanese New Music Festival, suite de délires et d’improvisations sonores de l’extrêmement bruyant à l’a capella. Bruyant, le son de Melt Banana l’est aussi. Du punk-noise digne de certains albums des Boredoms, et un concert énergique en prévision. Mais la cerise sur le gâteau, c’est le retour d’Aki Onda, l’homme aux 1000 cassettes, qui partagera l’affiche d’Un soir de panique avec Jack Berrocal, Dan Waburton, le guitariste Jean-François Pauvros et Mime S. Lalie. Le concert est organisé par l’association Kokeko, qui profite du lancement de son label Prele (www.kokeko.net/prele.html) pour organiser une petite sauterie musicale avec le post-noise radical de Kôhei Matsunaga.
Photos : Chie Mukai et le trio a capella Zuvi Zuva
Chie Mukaï du 27 au 28 octobre à 19h30
Prele Release Party le 6 novembre à 16h
@ Les Voûtes, 19 rue des Frigos, Paris 13e
Japanese New Music Festival le 12 novembre
Un soir de panique le 17 novembre
@ Point ephémère, 200 quai de Valmy, Paris 10e
Melt Banana, le 1er novembre à 20h
@ La Maroquinerie / www.lamaroquinerie.fr


Les Romanesques sur scène et dans les bacs
www.rmnsq.com
Le duo romantique à mourir de rire, constitué du prince Ishitobi Romanesque et de sa fidèle servante Miyamae, remonte sur scènes pour plusieurs shows thématiques : reprises de chansons populaires japonaises des années ’70 au restaurant Asian (voir la rubrique ‘Divers’), soirée de lancement du magazine France Zappa (www.francezappa.fr) avec les classiques des Romanesques, un Cabaret Shinjuku plutôt débridé et une participation à la prochaine soirée Japan is not only sushi.
Les Romanesques ont sorti cet été trois nouveaux albums, le diptyque Blanc Neige/Noir Neige (2x7 titres) et un best-of des titres du prince Ishitobi Romanesque intitulé Immoral Gentleman (voir photo). Des chansons kitsch avec un irrésistible accent japonais, paroles mielleuses et désopilantes posées sur des mélodies Bontempi… même si le cabaret des Romanesques lasse assurément moins sur scène qu’en disque.
Nippon Night 70’s Show le vendredi 21 octobre
@ restaurant Asian www.asian.fr, entrée libre
Soirée France Zappa le dimanche 30 octobre
détails à suivre sur www.rmnsq.com
Cabaret Shinjuku le mercredi 2 novembre, 19h
@ Espace Aleph, 30 rue C. Colomb, Ivry-sur-Seine
M° Pierre Curie – 9 euros - 01 46 70 56 85
Japan is not only sushi le jeudi 3 novembre
@ Point Ephemere
www.pointephemere.org / www.sushideproust.com


Kazehana, sculpture aérienne de Saburo Teshigawara
www.st-karas.com
Kazehana, littéralement ‘le vent et la fleur’, métaphoriquement l’air et le corps. La dernière chorégraphie de Saburo Teshigawara est une version remaniée de celle présentée à Lille en 2004. Une suite de tableaux esthétiques à couper le souffle, où 10 danseurs et danseuses de la compagnie Karas évoluent sur une scène réglée au millimètre près par Teshigawara (chorégraphe, scénographe, concepteur des lumières et des costumes, sélectionneur des musiques…).
Kazahana du jeudi 17 > samedi 19 novembre, 20h30
@ Maison des Arts de Créteil
tarifs : 8 > 20 euros
www.maccreteil.com
le 7 décembre au théâtre de Caen
www.theatre.caen.fr


Danses contemporaines japonaises
www.tenri-paris.com / www.artunionhumanscape.net
Le Festival Bertin Poirée 2005 présente les étoiles montantes, ou filantes, de toute une scène japonaise installée à Paris. Du danseur Kazue Ikeda au théâtre de la Compagnie des Lucioles en passant par la danse néo-butô du Shinonome Butôdan ou de Masaki Iwana, la programmation réserve de belles surprises dans la jolie salle voûtée de l’Espace Bertin Poirée.
Les danseuses Ayako Kato et Saiko Kino sont à Paris pour deux improvisations en compagnie des contrebassistes Jean Bordé et Jason Roebke. Les performances d’Ayako Kato (voir photo) sont souvent minimalistes, dans une économie de mouvements qui peut émerveiller comme laisser coi – et ce n’est pas un hasard si elle a improvisé en 2001 sur la musique onkyô (silencieuse) de Toshimaru Nakamura et Taku Sugimoto.
Photo „ Kenichi Seki, Water Blue, 2000.
Festival Bertin Poirée jusqu’au 9 novembre
réservations: 01 44 76 06 06 / info@tenri-paris.com

Improvisations danse/contrebasses
le 3 novembre, 20h30 @ Atelier Tampon
14 rue Jules Vallès, Paris 11e
M° Charonne
entrée 10 / 8 euros
le 5 novembre, 19h00 @ 7 Lézards
10 rue des Rosiers, Paris 4e
M° Saint Paul
entrée 12 / 10 euros


Le fardeau de l’amour, théâtre nô
www.mcjp.asso.fr
Manzaburô Umekawa fait ses premiers pas sur une scène de nô en 1944, il n’a alors que 3 ans… Plus de 60 ans après, devenu ‘Bien culturel immatériel important’ (c’est la façon dont le ministère japonais de la culture désigne les plus grands artistes et arts traditionnels nippons, comme le théâtre de marionnettes bunraku), il perpétue aujourd’hui le style de l’école Kanze sur les scènes du monde entier. Précédé d’une pièce de théâtre kyôgen – ces farces qui servent d’intermède entre les différentes parties d’une longue pièce de nô – Le fardeau de l’amour est un classique de Zeami, le récit d’un amour blessé et d’un esprit vengeur, interprété par un maître du genre.
Autour du théâtre nô, voir également les rubriques ‘Ciné-télé’ et ‘Divers’.
La seconde photo est tirée du film de Dominique Chan Koi no omoni (2003). Pour visionner son film en images de synthèse inspiré de la pièce (5’50) : http://aii.ensad.fr/travaux/03-04/koinoomoni/
jeudi 3 et vendredi 4 novembre, 20h30
@ Maison de la Culture du Japon
tarifs : 10 > 15 euros


Un certain regard sur le Japon – projections et concerts
www.asian.fr
Le restaurant Asian met un peu de Japon dans sa carte et beaucoup dans son ambiance. Hormis la musique et les vidéos nippones durant l’happy-hour (18h-20h), il accueille pendant un mois les artistes du festival Paris-Tokyo, un certain regard sur le Japon. Au programme des projections tous les jours de 12h à 22h, des films rarement diffusés en France dont Tokyo Days, du photographe et vidéaste Christophe Luxereau (son site vaut le détour www.luxereau.com), ou encore les aventures des Fuccons (voir photo), cette famille américaine créée par Yoshimasa Ishibashi et déjà culte au Japon. Graphistes, peintres et photographes japonais exposent également à l’Asian, comme les illustrateurs Hiro Kurota (www.hirokurata.com – voir photo) et Ryo Itadani (www.ryuitadani.com), ou la peintre abstraite Masaya Eguchi (http://www.geocities.jp/studio_ezo/ezomenu.html). Trois soirées musicales et japonaises viennent ponctuer le festival, avec un concert des Romanesques (le 21 octobre), un show pop et vidéo autour de la chanteuse Tomoe Shinohara (le 4 novembre) et une performance de butô suivie d’une soirée électro servie par deux Djs japonais (le 18 novembre).
festival du 18 octobre au 18 novembre
@ restaurant Asian
30 av. George V, Paris 8e
01 56 89 11 00


Conférence et débats : monstres nippons, Paul Claudel et Oe Kenzaburô
www.mcjp.asso.fr
- A l’occasion de sa grande exposition d’hiver sur les yôkaï, terme qui enveloppe tous les monstres, êtres surnaturels et autres esprits de l’imaginaire japonais, la Mcjp invite un professeur de l’université de Tokyo à venir discuter avec d’autres spécialistes de leur représentation dans l’art et des différences entre les yôkaï et les créatures étranges de la culture europénne.
- De la tragédie grecque au théâtre no, Philippe Brunet vient parler de l’étroite correspondance entre le verbe de Paul Claudel et celui du no.
- Légende vivante de la littérature japonaise, Oe Kenzaburô donne une conférence dont le thème n’est pas encore défini. Mais parions qu’entre 60e anniversaire des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki et l’humanisme pessimiste qui domine son œuvre, le maître trouvera matière à débattre.
Yôkaï, le bestiaire japonais le mercredi 26 octobre, 18h
La tragédie grecque et le no le jeudi 17 novembre, 18h
(exposition Yôkaï du 26 octobre au 28 janvier 2006)
Oe Kenzaburo le jeudi 24 novembre
@ Maison de la Culture du Japon
entrée libre sur réservation 01 44 37 95 01


Taifu Festa, festival manga et animation japonaise
www.taifu-festa.com
Boutiques, fanzines, projections, cosplay… Taifu Festa est le prochain point de ralliement de tous les fans de manga et de japanimation. 5000m_ de stands et d’évènements… de quoi se perdre.
les 29 et 30 octobre
@ Halle Paris-Est-Montreuil
128 av de Paris à Montreuil
M° Robespierre
tarif : 6.5 euro/jour


Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
bertin.poiree@wanadoo.fr
www.tenri-paris.com


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com