Le mail service est réactualisé en permanence dans la rubrique MAIL SERVICE.

n° 79
Le 17 juin 2005


Soirée Okinawa, l’île aux trésors
Vendredi 24 juin 19h30-23h
Découvrez tous les secrets d’un endroit magique !

- Dégustez des plats rares et typiques d’Okinawa, comme le fameux goya champuru arrosé de Awamori ou du légendaire alcool !
- Rencontrez des Japonais d’Okinawa qui vous raconteront de leur île : artistes, expatriés installés à Paris…
- Découvrez des animations spéciales Okinawa : danses en costume, démonstration de guitare sanshin, initiation au karaté kobudo…
- Admirez des images inédites : un documentaire exceptionnel sur la mystérieuse cité engloutie d’Okinawa, le film musical « Nabi no koi » et une vidéo du peintre Bokunen (www.bokunen.com)
 
Participation : 20 euros pour les membres du Club Jipango (non-membre 25 euros)
Le prix comprend le repas, l’apéritif, les boissons et toutes les activités de la soirée.

Réservez vite votre place ! jipango@noos.fr



PROGRAMME juin et juillet
http://www.jipango.com/mail/12juin05.html



- ‘Mutant Hanako’, manga crado de Makoto Aida


- Le Japon à la tv : Yamada, sushi et zapping nippon
- Festival du film international : 3 films japonais


- Dolce Vita à la japonaise : exposition de design et concerts
- Expo/rétrospective de l’œuvre de Yohji Yamamoto
- Au bonheur des kimonos : Mitsukoshi et Hiroko Takahashi
- 100 estampes célèbres de Hiroshige
- L’avant-garde de la calligraphie japonaise


- Acid Mother Temple en concert
- Jazz Nippon: Wasabi Quartet, Hidehiko Kan, le Pacifique Esprit
- Duo de flûtes shakuhachi et concert de tambours taïko
- Natsumatsuri : soirée d’improvisations free-jazz et danse
- Ken Ishii en tournée dans 3 clubs français


- Autour d’ « Hiroshima mon amour »
- Festival de danse buto à Paris et Avignon
- Rencontres chorégraphiques Japon


- Cosplay à Bercy: préparez vos tenues


(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Mail service"
Pour ancien numéros.



Mutant Hanako
http://lezardnoir.free.fr
Amateurs de mangas, passez votre chemin. Sauf si votre curiosité est à l’épreuve de ‘Mutant Hanako’, de son scénario schématique et raciste, de don dessin malhabile et grossier, de son humour douteux, de son genre bd porno dessinée en secret dans un cahier d’écolier.
A la fin de la guerre du Pacifique, la jeune Hanako et le valeureux Jûnichi ont été choisis par l’Empereur pour sauver la noble terre japonaise de la souillure américaine. Kidnappée par les envahisseurs, Hanako devient l’esclave sexuelle du général Mac Arthur. Mais l’explosion d’Hiroshima en fait un mutant à la force démesurée, et assoiffé de vengeance…
Pourtant au-delà des apparences et de ses limites esthétiques évidentes, ‘Mutant Hanako’ est intéressant à bien des égards. Souvent drôle, rythmé, Aida y recycle et y pervertit les codes de la subculture otaku : ‘lolicon’ (‘lolita complex’), violence gratuite et penchants pour un révisionnisme qui a la côte aujourd’hui au Japon. Mais ‘Mutant Hanako’ n’a pas beaucoup de prétention, et c’est tant mieux car son auteur Makoto Aida l’a voulu ainsi. Autoproclamé artiste inculte, stupide et de très mauvais goût, Aida reste bien meilleur dans ses domaines de prédilection, la peinture et la photo, qu’il avait exposées à la Fondation Cartier en 2002 pour ‘Coloriages’. Certaines de ses œuvres les plus marquantes sont regroupées à la fin du volume.
Makoto Aida sur internet : http://mizuma-art.co.jp/_artist/aida_e.html
Mutant Hanako, de Makoto Aida
Editions Le Lézard Noir, 2005
84 p., 19 euros


Le Japon à la tv : les Yamada, histoires de sushi et zapping nippon

Mes voisins les Yamada (Japon, 2000, 1h40) : une succession de sketches comiques et animés qui racontent le quotidien des Yamada. Adapté d’un manga à succès, ce film d’Isao Takahata (‘Kie la petite peste’, ‘Le tombeau des lucioles’) suit la vie simple mais effrénée d’une petite tribu japonaise, rythmé par la musique entraînante d’Akiko Yano.
vendredi 17 juin, 00 :40 sur Arte

Sushi-sushi (France, 1990, 1h30) : pour sauver son business de livraison de sushi, Maurice décide de sacrifier la qualité à la rentabilité… Un film ‘d’anticipation comique’ en quelque sorte, lorsqu’on voit l’essor des restaurants sushi-yakitori ces dernières années, avec André Dussolier et Jean-François Stévenin.
dimanche 19 juin 20 :40 sur Arte

Toutes les télés du monde : Japon. 30 minutes de zapping dans l’une des télés les plus foisonnantes au monde, entre le sumo sur la NHK, les divertissements débiles d’Asahi Tv et les émissions éducatives.
samedi 25 juin 10 :10 sur Arte (câble et TNT)
www.arte-tv.com

Les Rencontres Internationales de Cinéma passent par le Japon
www.forumdesimages.net
En sélection pour les prix de ces 11e Rencontres Internationales de Cinéma, deux films parlent du Japon passé et actuel : « Le soleil » du réalisateur russe Alexandre Sokurouv (2005, 1h50) récit sur la chute de l’empereur Hirohito, et « Silenzio » (France, 2005, 1h15) de Christian Merhliot, l’histoire de la rencontre déroutante d’une adolescente française avec un jeune japonais.
Ce festival du cinéma indépendant donne également une carte blanche à l’écrivain Marie Darrieussecq, qui a choisi « Les contes de la lune vague après la pluie » de Kenji Mizoguchi (1953, 1h37) : un paysan devenu samouraï et un potier traversent le Japon, en proie à une guerre civile…
« Le soleil » vendredi 1er juillet 20 :30
« Silenzio » mardi 5 à 21 :15 et jeudi 7 juillet à 18 :30
« Les contes… » mardi 5 juillet 22 :00
@ Forum des images
Forum des Halles, à côté de la place Carré
séance : 4 euros
tél. 01 44 76 62 00


Le Forum des images programme également « Steamboy », le dernier long-métrage d’animation de Katsuhiro Otomo, le mercredi 22 juin à 15 :00 pour ‘l’après-midi des enfants’ (adulte 5.5 euros / enfant 3.5 euros).

Dolce Vita # 2 : expo design et soirées musicales
Cette Dolce Vita à la japonaise, la deuxième du nom, met à l’honneur le design nippon dans beaucoup de ses facettes (mode, peinture, petits objets, illustrations, céramique…) et invite plusieurs danseurs et musiciens à venir animer l’espace d’exposition chaque soir.
Piochés dans le programme : les chapeaux de la styliste Kisayo Boccara, les guirlandes étincelantes d’Ako Nagasue, un stand de présentations de magazines japonais (graphisme, Bd, culture), le pop-art d’Itadani Ryû, une performance du duo comique Les Romanesques (www.rmnsq.com)...
Shows en soirée : Yamatonatto (05/07), Taca et Gyohei Zaitsu (07/07), Les Romanesques (09/07), le Pacifique Esprit (10/07).
Vernissage le mardi 5 juillet 18 :00 en présence des artistes.
Photos : flyer Dolce Vita + le duo des Romanesques
du 5 au 10 juillet @ Espace Beaurepaire
28 rue Beaurepaire, Paris 10e
tél. 01 42 45 59 64
ouvert tlj 11 :00-20 :00


Yohji Yamamoto : juste des vêtements ?
www.lesartsdecoratifs.fr
30 années de couture en 90 vêtements disposés sur deux étages, au musée de la mode et du textile. On entre dans l’univers de Yohji Yamamoto par une installation imposante faite de rouleaux de tissus qui plantent le décor. Direction l’atelier tokyoïte, là où les premiers modèles ont été conçus, puis on déroule toutes les étapes de la création, des dessins à l’encre noir, disposés sur les murs, aux modèles parfois même inachevés, en passant par les défilés projetés sur écrans. Evidemment, les vêtements/créations de Yamamoto ont plus de style sur des modèles vivants. Mais au musée, si la robe de mariée en crinoline, les kimonos peints à la main se reposent sur des mannequins couturière, ils n’ont rien perdu de leur superbe, ce ne sont définitivement pas ‘juste des vêtements’.
Le très joli site officiel de Yohji Yamamoto : www.yohjiyamamoto.co.jp
Photo : © Roberto Frankenberg.
exposition jusqu’au 28 août
@ Musée de la mode et du textile
107-111 rue de Rivoli, Paris 1er
M° Palais-Royal
entrée : 6 euros
01 44 55 57 50


Mois connue mais aussi plus abordable que Yamamoto, la créatrice Keiko Nomura présente jusqu’à la fin du mois des accessoires de mode conçus à partir de tissus de kimonos anciens dégotés à Kyoto et mêlés à de la soie occidentale, de la dentelle, des perles… Ses étoles, sacs et autres trousses multi-usages sont des pièces uniques, faites à la main et mises en vente lors de l’exposition.
jusqu’au 25 juin @ Espace Japon
(voir carnet d’adresses)
entrée libre


Au bonheur des kimonos
Non, les grands magasins ne sont pas une spécificité française. Prenez le japonais Mitsukoshi par exemple : parti du business du kimono, il trône aujourd’hui en plein cœur de Ginza à Tokyo, possède une antenne à Paris (dans le magasin du Printemps) et a fait rêver et consommer des générations entières de Japonais. L’exposition ‘Au bonheur des kimono’ retrace cette légende de l’enseigne Mitsukoshi de 1673 (première boutique appelée Echigo-ya) à nos jours, à travers des affiches d’époque, des estampes, des éventails et bien sûr des kimonos.
Photo : ‘Ryoan’, ancienne affiche pour le magasin Mitsukoshi Yofuku Ten.
exposition jusqu’au 2 juillet @ Mitsukoshi Etoile
3 rue de Tilsitt, Paris 8e
01 44 09 11 11


Kimonos toujours : Hiroko Takahashi expose ses création originales, des kimonos pop et colorés, pris pour modèle dans le calendrier Shiseido 2005 au Japon.
exposition jusqu’au 25 juin @ Cité internationale des arts
18 rue de l’hôtel de ville, 75004

http://www.citedesartsparis.net

Estampes de Hiroshige : 100 vues célèbres du grand maître
www.mcjp.asso.fr
Ses estampes avaient beaucoup frappé Van Gogh, et inspiré les impressionnistes, ses contemporains occidentaux. Hiroshige (1797-1863) a composé les fameuses ‘100 vues célèbres d’Edo’ dans des conditions très particulières, au soir de sa vie (il avait plus de 60 ans) et trois ans seulement avant l’arrivée du commodore Perry, qui mit fin à l’isolement de l’Archipel. Les 100 vues sont en fait 119, des instantanés de la vie d’Edo (ancien nom de Tokyo) au 19e siècle : les pruniers de Kameido, les rizières d’Asakusa, le lac d’Ueno… Des scènes exceptionnelles d’un autre Japon, à l’époque où Edo était la première ville du monde avec plus d’un million d’habitants.
Plusieurs photos des estampes exposées sont en ligne à l’adresse http://www.pixelcreation.fr/diaporama/default.asp?Code=290 (voir au bas de la page).
photo : Hiroshige, « Le pont Suidô-bashi et Surugadai » © Eikoh ICE
exposition jusqu’au 9 juillet
@ Mcjp (voir carnet d’adresses)
tarifs : 5 euros / 3 euros TR


L’ avant-garde de la calligraphie japonaise
« Mon adresse natale, c’est la calligraphie Kanji, et mon adresse actuelle, c’est l’écriture d’avant-garde ». Voici en quelques mots la calligraphie d’avant-garde telle que la pratique Omote Ritsu’un. Né en 1926, l’artiste est à l’origine d’une nouvelle école de la calligraphie japonaise, créative, instinctive, tellement libérée des styles classiques qu’elle rappelle parfois l’écriture sigillaire (ancêtre des caractères chinois) ou les peintures rupestres. Omote Ritsu’un expose à la galerie Nichido des œuvres saisissantes, proches du dessin, à mille lieux de ce qu’on considère être habituellement comme de la calligraphie. Il est accompagné de 20 représentants de cette école d’avant-garde.
Photos : calligraphies de Morita Shiryu (qui ne participe pas à cette exposition).
exposition jusqu’au 25 juin @ galerie Nichido
61 rue du fbg St Honoré, Paris 8e
tél. 01 42 66 62 86


Acid Mother Temple en concert
www.mainsdoeuvres.org
Acid Mother Temple, ou le rock nippon dans ce qu’il a de plus déjanté. La formation est issue d’une communauté post-hippie tranquillement installée à Nagoya. Elle a forgé un style unique avec des albums qui font la jonction entre les fans de heavy-metal, les aficionados de musiques noise et les nostalgiques du rock progressif. Entre les longs solos de guitare chaotiques de Makoto Kawabata, la voix torturée et modifiée de Cotton Casino et un jeu de batterie inspiré des Français de Magma, Acid Mother Temple s’est fait un nom avec une tripotée d’albums aux titres burlesques (‘Electric Heavyland’…) et des concerts inoubliables. Quand ils sont sur scène tout peut arriver, même le meilleur (comme en 2003 lors de la dernière visite du collectif à Paris, déjà aux Mains d’œuvres) et surtout l’imprévisible : impossible, pour le moment, de savoir quels membres du collectif viendront jouer pour ce concert !
Acid Mother Temple se produit dans le cadre du festival Mo’Fo du 30 juin au 2 juillet avec une vingtaine d’autres groupes.
samedi 2 juillet 19 :00 @ Mains d’œuvres
1 rue Ch. Garnier, 93400 St-Ouen
M° Porte de Clignancourt / Garibaldi
tarifs : 20 euros la soirée (6 concerts)
01 40 11 25 25 / info@mainsdoeuvres.org


Jazz nippon : Wasabi Quartet, Hidehiko Kan, le Pacifique Esprit
www.sunset-sunside.com/
Vous connaissez le wasabi, cette moutarde nippone qui relève la sauce des sashimis (lamelles de poisson), découvrez sa version musicale : Haruko Akagami au piano, Nori Tsutsumi au saxo, Christophe Ricard à la basse et Thierry Tardieu à la batterie. Le quartet, qui marrie des mélodies traditionnelles japonaises avec des arrangements de jazz contemporain, se produit dans le cadre des trophées du Sunside/Sunset, l’un des plus fameux bars de jazz de la capitale.
Et dans un style plus cool-bop, reprises de standards et compositions originales, le batteur Hidehiko Kan revient avec ses acolytes, toujours dans le cadre des trophées Sunside/Sunset.
Réservations pour Hidehiko Kan : 06 82 15 99 11 / hideologis@free.fr
Enfin, le festival de jazz d’Enghien (95) reçoit le Pacifique Esprit pour un jazz métissé emmené par l’accordéon de Taca. http://taca101.free.fr
Photos : Haruko Akagami et Taca.
Wasabi Quartet lundi 20 juin 21 :00 @ Sunside/Sunset
Hidehiko Kan Trio jeudi 23 juin 21 :00 @ Sunside/Sunset
60 rue des Lombards, Paris 1er
01 40 26 46 60 / tarif : 15 euros
le Pacifique Esprit @ Enghien Jazz Festival
samedi 25 juin 11 :30, scène de la jetée du lac
entrée libre / 01 34 12 41 15 / www.enghien-jazz-festival.com


Instruments traditionnels du Japon : flûtes shakuhachi et tambours taïko
Pas vraiment de points communs entre la flûte shakuhachi, instrument de bambou aux sonorités aériennes et proches du zen, et le taïko, ce gros tambour dont on joue debout et qui demande une exceptionnelle force physique. Pas de points communs si ce n’est que le shakuhachi et le taïko sont pratiqués au Japon depuis plusieurs siècles et font partie des instruments typiques des musiques traditionnelles japonaises, avec le koto ou le biwa.
concert duo de shakuhachi par Sôzan C. Kariya et Martine Decotte
vendredi 8 juillet 20 :30 @ Centre Culturel Franco-Japonais
(voir carnet d’adresses)
tarif : 12 euros (TR 10 euros)
réservations obligatoires au 01 43 48 83 64 / infos@ccfj-paris.org

Concert de taïko en plein air par Sekijima Taïko
vendredi 8 juillet 19 :00 @ Illkirch (67)
rens. 03 89 23 16 53 / http://www.ceja-japon.com


Natsumatsuri : soirée d’improvisations free-jazz et danse
Encore du jazz nippon (voir ci-dessus), mais là c’est nettement plus free. Allez savoir pourquoi, Paris est un véritable repère de musiciens japonais de free-jazz, à commencer par le batteur Makoto Sato. De jeunes musiciens s’y sont aussi installés, écumant les petites salles de l’Est parisien (le Studio Shala, la Guillotine) et renouvelant cette scène jazz en multipliant les collaborations avec les arts scéniques, la photo, la vidéo. C’est cette jeune génération qui animera la soirée Natsumatsuri (fête d’été). Au programme : improvisations danse/musique du collectif Yamatonatto (www.yamatonatto.com), Ko-on-ten (littéralement ‘musique-lumière-paradis’, voir photo), qui définit ses performances comme des « vagues visuelles et auditives, concrètes et abstraites » (www.yo-yu.com/koonten.html), concerts de free-jazz par le trio féminin Riko/Nakano/Goto et par la formation éclectique Meganecco.
Photo : performance de Yamatonatto @ Studio Regard Signe 11.11.04
samedi 2 juillet, 20 :00
@ bar A Majuscule
148 rue du fbg St Martin, Paris 10e
(à l’intérieur de la cour, locaux de l’ordre des Architectes)
M° Gare de l’Est
tarifs : 10 euros / 8 euros TR + 1 boisson à consommer
info : 06 61 88 62 82 / matsuridayo@hotmail.com


Une autre improvisation jazz et nippone : Yamauchi Katsura + Everything Liberation Front
Le saxophoniste japonais pratique un jazz presque animiste, shintoïste ?, il joue parfois dans des rivières à saumon (!) et a collaboré avec le pape de la musique improvisée au Japon Otomo Yoshihide. Yamauchi Katsura (http://salmosax.com/) croise le son pour la première fois avec ELF, trio qui se produit hors des lieux de concert habituels (caves, forêts…) et avec des danseurs butô.
Photo : Katsura Yamauchi dans une rivière à saumon…
samedi 18 juin @ les Voûtes
19 rue des Frigos, Paris 13e
M° Bibliothèque / Quai de la gare
tarif : 8 euros
www.lesvoutes.org


Ken Ishii, la star des Dj’s nippons en tournée en France
www.kenishii.com
C’est lui, le Dj qui fait se trémousser les Japonais dans les meilleurs clubs de Tokyo. Né à Sapporo en 1970, tombé dans le grand magma de la techno des années ’90, Ken Ishii a sorti des dizaines de singles et remix avant le tube planétaire, ‘Extra’, en 1995. Il enchaîne ensuite avec la musique des jeux olympiques d’hiver d’Osaka en 1998, et c’est parti pour le succès international. Ken Ishii tourne cet été en Europe, les amateurs de house et d’électro savent à quoi s’en tenir.
mardi 21 juin 23 :30 @ Rex
5 bvd Poissonnière, Paris 2e
entrée libre www.rexclub.com
samedi 25 juin @ Techno Garden Party
Saint-Omer (Pas-de-Calais)
www.technogardenparty.com
dimanche 26 juin @ Bazar
90 bvd Rabatau, Marseille/ 04 91 79 08 88


Autour d’«Hiroshima mon amour»
Dans le cadre du 23e marché de la poésie, le cinéma l’Arlequin, qu’on ne présente plus (enfin si : l’Arlequin est l’un des cinémas mythiques de Paris, ouvert en 1934 et un temps propriété de Jacques Tati), célèbre ‘Hiroshima mon amour’, le livre de Marguerite Duras adapté par Alain Resnais au cinéma. Bonne idée, d’autant que le programme évite l’hommage plat-plat en mêlant lecture théâtralisée, courts-métrages, exposition photo et séance de dédicace. Dans ‘Sous le ciel d’Hiroshima’, film de Christian Manil, on retrouve deux artistes japonaises installées à Paris depuis plusieurs années. L’actrice Atsuko Majima (http://anacrouse.free.fr/Atsuko%20Majima.htm) à l’écran, lisant un texte de Ryôko Sekiguchi, auteur et traductrice du poète Gôzô Yoshimasu.
Photos : « Hiroshima mon amour », d’Alain Resnais (1959) et Ryôko Sekiguchi.
samedi 25 juin à partir de 11 :45
@ cinéma l’Arlequin
76 rue de Rennes, 75006 Paris
01 47 35 59 75
entrée libre


Festival de danse butô à Paris et Avignon
www.tenri-paris.com
C’est la sixième année pour le ‘Festival de Butô’ de l’espace culturel Bertin Poirée, et la programmation fait toujours de la place aux compagnies émergentes et aux premières créations de jeunes chorégraphes japonais et français. Juju Alishina, Katsura Kan ou Kôichi Tamano présentent leurs dernières chorégraphies, presque du ‘post-butô’. La nouveauté 2005 c’est la descente du festival à Avignon du 8 au 30 juillet au théâtre Golovine, pour des reprises de spectacles de 2004/2005 et des stages de danse.
Photo : Kôichi Tamano.
17-29 juin @ Espace Culturel Bertin Poirée
(voir carnet d’adresses)
réservations : 01 44 76 06 06 / info@tenri-paris.com
tarifs : 15 / 12 euros (TR)
théâtre Golovine : 04 90 09 01 27


Rencontres chorégraphiques Japon
www.letheatredulierre.com
Le théâtre du Lierre reçoit deux représentants de la nouvelle scène butô à Paris, Maki Watanabe et Gyohei Zaitsu, qui multiplient depuis quelques années les performances de danse moderne avec projections vidéo et musique live. Ils interprètent en duo une chorégraphie de 2005 intitulée « Seuls », nouvelle réflexion corporelle sur la mémoire et ses blessures. Une interprétation plutôt minimaliste, assez différente du butô classique.
Photo : Maki Watanabe.
Seuls, du 23 au 25 juin, 20h30
@ Théâtre du Lierre
22 rue du Chevaleret, Paris 13e
01 45 86 55 83 / theatre.du.lierre@free.fr
tarifs : 18 euros / 13 euros (TR)
5 euros pour les habitants du 13e !


Cosplay
Se déguiser en héros de manga ou de film d’animation, et retrouver des centaines de fans qui ont exactement la même passion : c’est le principe du cosplay. Pour les spectateurs et les amateurs, les associations Cosplay Factory et Tengumi organisent un cosplay à l’extérieur du POPB lors du dernier jour du Forum des Associations de Paris.
samedi 18 juin, 19 :00
@ devant le Palais Omnisport de Paris Bercy
entrée libre
rens : davic@cosplayfactory.org


Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
bertin.poiree@wanadoo.fr
www.tenri-paris.com


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com