n° 58
Le 11 septembre 2003

NOUVEAUTE CINEMA & TV EXPOSITIONS MUSIQUES

• ‘Doki Doki’, le premier album de Mah-Jong

• Battle Royale de Kinji Fukasaku
• Shigeru Ban, architecte de l’urgence
• Yuzo Kawashima, le vagabond du cinéma japonais

• La nouvelle génération de l’illustration et du graphisme nippons
• Jun Itami, un architecte coréen au Japon
• Les Romanesques s’exposent
• Washi : l’art du papier japonais

• Yutaka Shiina
• Shakuhachi

SCENES DIVERS CARNET D'ADRESSES

• ‘Fujin Raijin’, chorégraphie et danse buto de Yumi Fujitani

 

 

(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Info"
Pour ancien numéros.


Club Jipango
Rejoignez le Club Jipango, et profitez de nombreux avantages qui vous feront véritablement vivre le Japon en France !
Avantages réservés aux membres :
- Web Magazine. Envoi mensuel sur l'actualité au Japon. (vous pouvez le retrouvez sur http://www.jipango.com/webmag/no3/webmag0703.html)
- Envoi à domicile du journal Jipango.
- Participation prioritaire aux conférences et soirées thématiques de l'association.
- Rencontres avec des artistes, écrivains et des spécialistes du Japon.
- Réductions dans certains magasins, restaurants et agences de voyage.

La cotisation annuelle pour devenir membre est de 25 euros par an.
Pour vous inscrire, merci de contacter à Jipango@jipango.com

NOUVEAUTE


‘Doki Doki’, l’album de Mah-Jong

Après plusieurs années passées à écumer les scènes parisiennes, et un passage remarqué au Printemps de Bourges 2003, Mah-Jong sort à l’automne son 1er album. ‘Doki doki’ est comme un coeur qui bat, selon cette onomatopée japonaise. On retrouve sur ce disque le cocktail d’influences jazz, bossa, drum ‘n bass, rap... qui fait le charme du groupe, le tout soutenu par la voix de velours de Sachiko, chanteuse issue du jazz et des comédies musicales tokyoïtes. Entre anciens titres (XYZ, Mah-Jong, Out) et nouvelles compositions (Le Rêve, Invitation, Betsuri), l’album pétille toujours, et l’on attend de (re)voir bientôt Mah-Jong sur scène. Disponible entre autres dans les magasins Fnac.

CINEMA & TV


Battle Royale

Japon, 2000, de Kinji Fukasaku – sur Canal + le jeudi 11 à 1h10 et le samedi 20 à 00h00
Que faire quand les ados deviennent trop encombrants, voire inquiétants ? Fukasaku a la solution : les exiler sur une île déserte avec un arsenal d’armes, et attendre un carnage inévitable. Sous l’oeil placide du professeur-arbitre Kitano (interprété par Beat Takeshi lui-même), les collégiens de Battle Royale s’en donnent à coeur joie, dans une débauche de violence qui noie trop souvent le discours qui pourrait la désamorcer. A 70 ans, Kinji Fukasaku n’a pas lésiné sur l’humour noir dans ce jeu de massacre, à mi-chemin entre la télé-réalité et le film course-poursuite qui finit mal.

Shigeru Ban, architecte de l’urgence
dans le cadre du cycle ‘Corée et Japon, patrimoine et architecture’
documentaire de Michel Quinejure (52’, 2000)
le mercredi 17 septembre à 12h15
auditorium du Musée Guimet
6 place d’Iéna, Paris 16è
tél : 01.40.73.88.18
entrée : 4 euros

Si Shigeru Ban est surtout connu pour être ce jeune architecte dans le vent qui a réalisé le pavillon du Japon lors de l’Exposition Universelle de Hanovre en 2000, on sait moins qu’il a été consultant auprès du Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, et qu’il a à ce titre créés des habitats d’urgence pour les réfugiés de tous bords. Apparus tout d’abord au Rwanda puis ailleurs, ces abris économiques, légers et résistants sont la marque d’un ‘architecte de l’urgence’, ce qui étonne finalement peu de la part d’un Japonais, habitué aux tremblements de terre et autres typhons. Grâce à la caméra de Michel Quinejure, c’est un véritable ‘architecte humanitaire qui apparaît dans ce documentaire.
Toujous au sein de ce cycle ‘Patrimoine et architecture’, le musée Guimet proposera ensuite des documentaires consacrés à Tadao Ando (1er octobre) et Kiko Mozuna (3 octobre).

Yuzo Kawashima, le vagabond du cinéma japonais
cycle à la Maison de la Culture du Japon à Paris
du 10 au 20 septembre
10 films en VOSTF
tarifs : 3 (membres) / 4 euros

La liste est longue des « maîtres méconnus du cinéma japonais », que la mcjp heureusement programme régulièrement. Après Shimizu et Uchida, Yuzo Kawashima (1918-1963) est de ceux-là. Sa peinture des moeurs de l’après-guerre au Japon n’avait, il est vrai, a priori rien pour séduire le public de l’époque : des faunes citadines où évoluent anti-héros et laissés-pour-compte de tous poils (hôtesses de bar et prostituées dans Ginza en 1953, petit peuple ouvrier dans Mon quartier en 1956), sous forme de comédies satiriques largement inspirées de l’art théâtral populaire nommé ‘rakugo’. Kawashima a pourtant (malgré lui ?) marqué le cinéma japonais notamment en tournant la première scène de baiser de son histoire (en 1946), par l’influence qu’il a eu sur Shohei Imamura (son assistant-réalisateur), et en laissant derrière lui cette Chronique du soleil à la fin d’Edo, truculente comédie sur les derniers jours du shogunat des Tokugawa.
Le programme complet est disponible sur le site de la mcjp : www.mcjp.asso.fr
(Sous réserve) Okazaki Kozo, cameraman de Kawashima, doit être présent les deux samedis pour présenter les films avant projection et discuter avec le public après projection.
Sachez enfin que la mcjp projette certains films en entrée libre dans la limite des places disponibles : Le Paradis de Suzaki, Le temple des oies sauvages, La Bête élégante et Les Femmes naissent deux fois.

EXPOSITIONS


Illustration et graphisme nippons, la nouvelle génération
exposition de Koshiro Torisu et Autophene jusqu’au 24 septembre
galerie Artazart, 83 quai de Valmy, Paris 10è
www.artazart.com
organisé dans le cadre des Rendez-Vous Electroniques 2003

Koshiro Torisu et Yoshihito Ando (a.k.a. Autophene) sont à Paris, où ils vivent et travaillent tous deux, les représentants d’une nouvelle génération du graphisme nippon. Un graphisme coloré qui rappelle parfois Takashi Murakami, mais aussi et surtout ludique, rêveur, dont le simplisme fait office de langage universel. Ils déclinent leur talent sur de multiples supports, imprimés (tee-shirts, affiches, cartes postales) ou animés (sites internet, films d’animation). La meilleure introduction à l’univers de ces deux graphistes est sans doute leurs sites internet respectifs :
www.torisukoshiro.com : des animations délirantes, notamment la Future Clinic où l’on soigne avec les dernière techniques en vogue, le chien-fusée (cf. photo - © Koshiro Torisu) et autres personnages hallucinatoires aux couleurs vives, le tout agrémenté de performances sonores étonnantes.
Un aperçu de son travail et une interview de Koshiro Torisu sont disponibles sur le site du magazine Etapes, www.etapes.com
www.autophene.com : un univers plus abstrait, mais toujours un régal, où vous pourrez voir les cartes postales réalisées pour le ‘Smile Postcard Project 2002’ (cf. photo - © Autophene)
Autophene a aussi réalisé une superbe couverture pour le magazine Shift (http://www.shift.jp.org/065/ - vous y trouverez une interview dans la rubrique ‘content’).

Jun Itami, un architecte coréen au Japon
exposition jusqu’au 29 septembre
musée Guimet, 6 place d’Iéna, Paris 16è
tél : 01.56.52.53.45
entrée expo + musée = 4 (réduit) / 5.5 euros / gratuit -18 ans
www.museeguimet.fr

« Laisser parler la nature sous la forme de la lumière et du vent », ainsi Jun Itami résume t-il sa conception de l’architecture. Les photos, dessins, maquettes rassemblés par le musée Guimet en témoignent, donnant à voir des constructions imposantes où s’harmonisent le bois, la pierre et le métal. De la Corée au Japon, les édifices dessinés par Itami adoptent des formes organiques (le Podo Hotel de Jeju, Corée du sud), ils s’imposent dans les paysages tel le clocher de la Church of Stone dans l’Hokkaido, ou s’y fondent si bien que plus rien ne dépasse ou presque (Scarved Tower, Séoul). Dans les intérieurs, Itami aime les murs aveugles, les ouvertures étroites qui diffusent une rare lumière naturelle. Son talent, sa passion pour les arts populaires coréens débordent de l’architecture : Itami Jun est aussi peintre (ses toiles, abstraites et monochromes, sont exposées) et présente au musée Guimet sa collection personnelle d’antiquités de la Corée ancienne (jarres de porcelaine, bols à thé, peintures sur soie de l’époque Choson, 1392-1910).
quelques sites pour découvrir :
*l’architecture japonaise http://myhome.naver.com/ucnet2004/ENGLISH-WFB%20Asia-Japan.htm : tous les plus beaux bâtiments, anciens et modernes, du Japon en photos
* l’oeuvre de Jun Itami http://www2.tky.3web.ne.jp/~itamijun/

Expo Romanesque !
exposition et spectacle du 8 septembre au 15 octobre
Espace Cinko, 12/14 pass. Choiseul, Paris 2è – M° Quatre-Septembre / Pyramides
renseignements : 01.42.61.80.34 et cinko@wanadoo.fr

Il était une fois la vie du jeune, riche et beau prince Romanesque, flanqué de sa jolie servante Romanesque Miyamae, le tout raconté en chansons et soutenu par une chorégraphie désopilante. Après le spectacle à Paris l’année dernière, cette fois ils ont osé ! Une exposition entièrement consacrée à l’univers comique et décalé des Romanesques, duo foufou formé par deux jeunes danseurs-chanteurs-comédiens japonais. Dans les ravissantes caves voûtées de l’Espace Cinko, on trouve ici des photos, des accessoires, là des illustrations ou des portraits design, et même une salle de projection. Partout, un pop-art nippon et débridé aux couleurs acidulées qui, du court-métrage au manga et autres figurines, est souvent loufoque mais loin d’être bête.
Les Romanesques se produiront à cette occasion en français (12, 13, 19 septembre et 3, 4 octobre) et japonais (20 et 27 septembre) à l’Espace Cinko.

Washi : traditions du papier japonais, regards d’artistes du monde
exposition du 18 septembre au 12 novembre
espace Toyota, 79 av. des Champs-Elysées, Paris 8è – M° George V
ouverture : mardi et merc. 10h30-21h / jeu. à sam. 10h30-00h / dim. 14h-21h
entrée libre
renseignements : 01.56.89.29.79 / www.japanesepaperplace.com, www.monde-oribe.com

Doux mais fort, translucide, absorbant, malléable, léger et subtilement texturé : le papier japonais traditionnel, ou washi, est une matière d’une extraordinaire créativité pour les artistes. Les Japonais l’ont utilisé jusqu’à aujourd’hui pour fabriquer les cloisons de shoji, pour l’impression de gravures sur bois, la fabrication d’ombrelles, de lanternes et de vêtements. Un usage traditionnel revisité et réinventé à ‘l’Espace rendez-vous Toyota’ par 20 artistes originaires des quatre coins du monde. Des gravures à l'eau-forte, des sérigraphies et lithographies, des aquarelles, dessins, sculptures, lampes... Des créations nouvelles et inventives à partir du washi, mais aussi l’occasion quasi-unique d’admirer le travail du moine bouddhiste Shumei Masuda : de simples et magnifiques calligraphies à la brosse, comme les Japonais en faisaient au VIIè siècle lorsque le washi fut importé par les moines chinois au Japon.
Pour s’initier à l’art du washi sur internet : www.washiart.com, www.kura.com

MUSIQUES


Yutaka Shiina Trio

en tournée en septembre et octobre, à Paris en en région parisienne

Pianiste virtuose du jazz japonais, Yutaka Shiina a cotôyé les plus grands du genre de Miles Davis à Keith Jarret. Ses albums ‘Hittin’ the spirit’ et ‘At the moment’ l’ont propulsé sur toutes les scènes : Tokyo, Londres, New-York... et Paris cet automne. En 19 dates, accompagné de Lionel Boccara à la batterie et Yoni Zelnik à la basse, cette pointure du jazz mondial viendra caresser les oreilles de tous les amoureux du jazz.
en septembre : Autour de midi/minuit le 25, Paris 18è (01.55.79.16.48) ; Jazz à Chevilly le 26 (01.45.40.69.05) ; les Matins Bleus à Boulogne le 27 (01.49.09.17.79) ; puis Gap et la Suisse
en octobre : La Forestière à St-Germain le 03 (01.39.73.73.88) ; le Cats à Orléans le 04 (02.38.54.68.68) ; l’auditorium du Ministère des Finances de Bercy le 05 (06.82.48.29.88) ; la salle de l’Orangerie à Aubonne le 07 (06.85.05.67.77) ; le Sunside, Paris 1er, le 08 (01.40.26.46.40) ; Jazz aux Ulis (91) le 10 (01.69.28.35.84) ; l’hôtel Léonard de Vinci de Lisses (91) le 11 (01.64.97.66.77) ; la Maison du Japon et la Maison H. Heine, Cité Universitaire Paris 14è, les 12 et 13 (01.44.16.12.15 / 01.44.16.13.00) ; au Melody Blues, Paris 13è, le 15 (01.56.95.03.15) ; au restaurant Chez Papa, Paris 6è, les 14 et 16 (01.42.86.99.63)

Shakuhachi : ‘La Muse en son jardin’
concerts de l’ensemble Ars Nova les 26 et 27 septembre, 20h45
Roseraie départementale de l’Haÿ-les-Roses, rue A. Watel, 94
réservations : 01.58.71.01.01

Dans la magnifique roseraie de l’Haÿ, ce concert-promenade intitulé ‘La Muse en son jardin’ (de Claire Renard, sous la direction de Philippe Nahon) sera l’occasion d’écouter le shakuhachi de Daniel Lifermann. Fondateur de l’association La Voix du Bambou, qui rassemble les amateurs de cette flûte traditionnelle japonaise à l’origine destinée à soutenir la méditation des moines zen, M. Lifermann est l’un des meilleurs interprètes du genre en France.
La Voix du Bambou : 01.43.53.25.60 et http://www.shakuhachi.com/G-LaVoieDuBambou.html

SCENES


Fujin Raijin’, création de danse buto
le dimanche 28 septembre à 15h
le Comptoir du Marais, 8 rue de Moussy, Paris 4è
entrée 10 euros (réservation) / 14 euros (sur place)
renseignements et réservations : 06.17.79.27.00, reservation : buto2003@hotmail.com

Danseuse et chorégraphe originaire de Kobe, Yumi Fujitani s’est inspirée des mythes japonais (les deux figures tutélaires et terrifiantes du dieu du vent ‘fujin’ et de celui de l’orage ‘raijin’) pour faire vivre sa danse. La forme traditionnellement sombre et silencieuse de la danse buto est ici magnifiée par l’estampe, dans les costumes créés pour ce spectacle par Tatsuya Oka de l’association internationale d’estampe numérique (aiD’en : http://www.aiden.info).
La performance de buto sera d’ailleurs suivie, après un coktail, d’une présentation des oeuvres de Tatsuya Oka : des kimonos imprimés d’estampes numériques, la rencontre de l’avant-garde et de la tradition nippone.

Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret et Postics

DIVERS


CARNET D'ADRESSES


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
bertin.poiree@wanadoo.fr
http://perso.wanadoo.fr/asstenri


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com