Le mail service est réactualisé en permanence dans la rubrique MAIL SERVICE.

n° 102
Le 14 jan 2008



weekend du 26 et 27 janvier
STAGE de SUMIE et COURS de CALLIGRAPHIE
Renseignements :
sumie07@gmail.com

mars - mai
SERIES "ATELIER CREATION" (sac furoshiki, bonheur, yukata...)
Le détail sera annoncé prochainement.


Les photos de la fabrication du grand sac bonheur (http://www.jipango.com/mail/atelier/grandsac.html)
et des participants
( http://www.jipango.com/mail/atelier/sac.html)
de l'atelier création de décembre sont disponibles sur le site.




- France-Japon : 150 ans d'amitié !
- Mangas : instantanés de sumo
- Tourisme : Kyoto inédit
- Livre : un survivant d'Hiroshima témoigne


- Documentaire : Profession mangaka
- Gozu de Takashi Miike
- Une autre histoire de Pearl Harbor Coffret Teshigahara
- Festival d’animation Image par Image


- Peintres Japonais à Paris, de Kuroda à Foujita (derniers jours)
- Art de la table : le nouvel an japonais
- Porcelaines kakiemon
- Un photographe au Japon


- Kusamakura, musiques fokloriques du Japon
- Yamato, Tambours du Japon
- Syl nuvaanu, quand le flamenco rencontre le Japon
- Le piano jazz de Miho Nitta
- J-Rock : les Pistol Valve en tournée


- Danse traditionnelle Jiuta-maï
- Kamishibai, le théâtre de papier
- Un conte traditionnel en comédie musicale
- Danse buto d'Atsushi Takenouchi
- Exquisses
- Le grenier, ou le syndrome hikikomori au théâtre


- Cours d’origami
- Ateliers du Wa-Bi Salon
- Concours d’expression en japonais (derniers jours)


(Disponible également sur le site www.jipango.com "rubrique Mail service"
Pour ancien numéros.




France-Japon : 150 ans d'amitié !
Avec la célébration des 150 ans des relations franco-japonaise, les évènements sont si nombreux que l’équipe du mail service ne peut malheureusement pas tous les chroniquer... Concerts, spectacles, danses, conférences : n’hésitez pas alors à vous rendre sur le site de l’ambassade du Japon en France pour connaître le programme proposé dans toute la France.
programme complet : www.fr.emb-japan.go.jp/150/evenements.html

Mangas : instantanés de sumo

www.matiere.org
On avait déjà découvert l'intérêt des éditions Matière pour le Japon avec les mangas géométriques de Yûichi Yokoyama. Mais cette fois tout se confirme et se précise avec deux albums consacré au sumo. Les Notes sur le sumo prises par Laurent Bruel et dessinées par Risto sont celles de deux voyageurs qui découvrent la lutte japonaise lors d'un voyage. Mais leur propos n'est ni didactique ni théorique, ici on n'explique pas le sumo, on le donne à voir, on raconte ses liens avec la culture populaire, on regarde les combats, le public, les corps et toute cette "mise en scène de la pesanteur".
Mêmes instantanés, même regard anecdotique et essentiel dans les 10 minutes de sumo de Danny Steeve, dont les dessins sont précédés d'une épitaphe sans ambiguïté : "Je ne comprends rien au sumo, je ne veux rien y comprendre". Au fur à mesure que les pages se tournent, avec (presque) toujours sur celles de gauche le public, et sur celles de droite les lutteurs, le lecteur n'a pas non plus le sentiment d'y comprendre grand chose. Mais il profite: du trait talentueux de la dessinatrice, des impressions laissées par ce combat sans cesse renouvelé, du sentiment d'avoir "en 10 minutes" apprécié le sumo à sa juste valeur.
Notes sur le sumo, de Laurent Bruel et Risto
Matière, novembre 2007
13 euros
10 minutes de sumo, de Danny Steeve
Matière, novembre 2007
11 euros

Tourisme : Kyoto inédit

www.kyotowinterspecial.com/
Du 1 décembre au 31 Mars 2008, la ville de Kyoto offre à ses visiteurs la possibilité d'accéder à certains sites d’ordinaire fermés au public. Une occasion inédite pour tous les voyageurs au Japon de découvrir des trésors de l’héritage culturel japonais. Une dizaine de sites seront ainsi ouverts au public. Parmi eux, le Kaisan-do et le Zuishun-in du temple Shokoku-ji ou encore, la pagode du temple To-ji. En plus de ces ouvertures exceptionnelles, des manifestations culturelles sont organisées. Comme le Yobanashi, une cérémonie du thé « d’hiver » éclairée à la bougie avec dégustation de cuisine de Kyoto et contes. En février aura lieu le festival Setsubun, Obake lorsque les temples exécutent des rites pour exorciser les démons. En mars, les geisha et leurs apprenties se retrouvent autour d’une cérémonie du thé sous les cerisiers en fleurs au temple Kitano-tenmangu pour commémorer la mort de Sugawara Michizane, grand poète japonais.
jusqu'au 31 mars @ Kyoto

Livre : un survivant d'Hiroshima témoigne

www.japon-culture.com/hiroshima
Agés en moyenne de 74 ans, les survivants des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki sont de moins en moins nombreux. Parmi eux, Hashizume Bun avait 14 ans au moment de la tragédie atomique. Membre de la société des poètes japonais, l’auteur s’est consacré à la rédaction de ses mémoires, un ouvrage aujourd’hui traduit pour la première fois en français sous le titre Le jour où le soleil est tombé…j’avais 14 ans à Hiroshima. Son récit décrit la réalité de la bombe vécue par une enfant, un témoignage important que transmet Hashizume Bun, participant ainsi au devoir de mémoire de l’histoire du Japon.
Le jour où le soleil est tombé... J'avais quatorze ans à Hiroshima, de Hashizume Bun
Editions du Cénacle de France, novembre 2007
23,50 euros

Documentaire : profession Mangaka
www.arte.tv/fr/semaine/244,broadcastingNum=817747,
day=3,week=4,year=2008.html

Alors que la France s'impose comme la 2è patrie des lecteurs de mangas dans le monde, que sait-on vraiment du métier de ceux qui les dessinent et de cette culture qui fait partie des meubles au Japon ? Des questions que pose le dessinateur Benoît Peeters, grand connaisseur du Japon et de ses bd. Profession mangaka retrace la réalité du manga au Japon à travers trois auteurs aux styles bien différents : Furuya, Taniguchi et Kiriko Nananan.
 le 21 janvier à 9h55 et le 23 janvier à 16h20
@  Arte

Gozu de Takashi Miike
www.arte.tv/fr/semaine/244,broadcastingNum=817668,
day=7,week=3,year=2008.html

Dans ce film réalisé en 2003, Takashi Miike s’attaque au film de Yakusa. Mais contrairement aux autres films du genre comme ceux de Takeshi Kitano, Takashi Miike s’amuse à tourner ses héros en ridicule. Les scènes deviennent alors burlesques et absurdes, même si Gozu est loin d’être une comédie. Takashi Miike est également connu pour son goût manifeste du gore et du trash. Il se singularise également pour le côté décalé et original de ses films.
le 18 janvier à 23h25 et le 31 janvier à 00h10
@ Arte

Une autre histoire de Pearl Harbor
www.arte.tv/fr/semaine/244,broadcastingNum=817593,
day=5,week=3,year=2008.html

7 décembre 1941 à Pearl Harbor : c'est le jour que l’histoire a retenu pour dater l’entrée en guerre du Japon contre les Etats-Unis. Pourtant, la découverte d’un sous-marin japonais probablement coulé par l’armée américaine annonce une autre histoire...
Ce documentaire retrace les étapes de cet évènement à l’aide d’images du renflouage du sous-marin japonais, mais aussi en s’appuyant sur les interviews de témoins, d’historiens et de spécialistes des fond marins.
le 16 janvier à 21h00 et le 19 janvier à 14h00
@ Arte

Coffret Teshigahara

www.carlottafilms.com
A l’origine diplômé de peinture à l’huile, Hiroshi Teshigahara se tourne rapidement vers le cinéma, d’abord dans la critique puis dans la réalisation. Collaborant avec l’écrivain Abe Kobo, prix nobel de littérature avec La femme des sables, ses films trouvent leur inspiration dans le courant avant-gardiste du Japon des années 60. C’est ainsi qu’il réalise Le Traquenard en 1961. Mais c’est en remportant le prix du jury au festival de Cannes avec La femme des sables (adapté du roman de Kobo), qu’il acquiert sa notoriété actuelle. Les films de Teshigahara, à l’instar des œuvres d’Abe Kobo, mêlent le fantastique, l’absurde et la critique sociale.  
 Edité par Carlotta Films, le coffret Teshigahara contient Le Traquenard, La femme des sables et Le Visage d’un autre, une autre collaboration avec Abe Kobo.
Coffret 4 DVD
Carlotta Films, 2008
50€

Festival d’animation Image par Image

www.valdoise.fr/content/content144938.html
Avant-premières, rencontres-rétrospectives, goûters au ciné, atelier d’initiation au cinéma d’animation, atelier animation numérique... C’est tout un programme qui attend les spectateurs du festival Image par Image. Sa 8è édition est placée sous le signe du cinéma d’animation français et international, avec comme invité d’honneur le Japonais Yuasa Masaaki, dont le film Mind Game sera projeté en sa présence en ouverture du festival le 8 février. Durant un mois, 16 cinémas du Val d’Oise diffuseront des avant premières, des courts et des longs métrages, des rétrospectives. Adultes et enfants sont également invités à participer à des ateliers de découverte du cinéma.
du 8 février au 9 mars
@ différents cinéma du 95

Peintres Japonais à Paris (derniers jours)
www.mcjp.asso.fr
En quatre parties, cette exposition présente chronologiquement le travail et l’évolution de peintres japonais à Paris. Durant près de 50 ans, ces artistes ont été largement influencés par les Occidentaux et se sont exercés à de nouvelles techniques comme la peinture à l’huile. C’est ce qui a donné naissance à la peinture de style Yôga (occidentale). Près de 50 œuvres d’une dizaine d’artistes sont à découvrir à la MCJP.
A l’occasion de cette exposition, les portes de la maison du Japon de la Cité Internationale Universitaire de Paris seront ouvertes : elle abrite de larges fresques murales de Foujita.
jusqu'au 26 janvier
@ Maison de la Culture du Japon
(voir carnet d’adresses)
entrée : 6 € / 4 €

Arts de la table du nouvel an japonais
www.ccfj-paris.org/prog.html
On dit que la cuisine japonaise est un spectacle qu'on regarde avant de l'avaler... d'où l'importance qu'y tient la vaissellerie. A l’opposée des tables françaises, où l’unité de la vaisselle est la norme, les japonais préfèrent des couverts diversifiés par la forme et par les couleurs. L’exposition présente une panoplie d’ustensiles, de plats et de vaisselle utilisés lors des fêtes de Shôgatsu, le nouvel an nippon.
du 5 janvier au 9 février
du lundi au samedi de 12h à 18h.
@CCFJ

entrée : 5 euros (tarif réduit 4 euros)

Porcelaines Kakiemon
www.louvre-antiquaires.com/
Les porcelaines Kakiemon tiennent leur nom d’une célèbre dynastie de potiers japonais du XVIIème siècle. A cette époque, elles étaient destinées au shogun et à l’empereur. Une des caractéristiques de certaines de ces poteries sont les émaux polychromes dont elles sont ornées et qui a fait leur succès vers les années 1600-1700. L’exposition Kakiemon, une Europe sous l’influence du Japon à travers la porcelaine du XVIIème et XVIIIème siècles propose de découvrir d’abord des pièces (assiettes, vases, figurines), témoignages du style kakiemon mais aussi de poterie d’Arita et d’Imari. Dans une seconde pièce sont exposées des porcelaines européennes influencées par le style kakiemon. Un total de 200 pièces de poteries sont ainsi exposées dans les galeries du Louvre des antiquaires.
jusqu’au 10 février
du mardi au dimanche inclus de 11h 19h
@ Le Louvre des Antiquaires, 1er étage
2, place du Palais-Royal Paris 1er
entrée libre

Un photographe au Japon
www.ville-rochefort.fr/accueil
Charles Vapereau était avant tout spécialiste de la Chine, titulaire de la chaire de Langues, Littérature et Législation Française à Pékin entre 1872 et 1897. Il effectue durant cette période de nombreux voyages au Japon où il réalisera un grand nombre de photographies sur plaque de verre, témoignages rares de la modernisation galopante de l'Archipel au 19è  s. jusqu’au 3 février
@ Musée d'Art et d'Histoire de Rochefort
Hôtel Hèbre de Saint Clément
63 Avenue Charles de Gaulle
17300 Rochefort
tarif : 2 €


Kusamakura, musiques fokloriques du Japon
www.saravah.fr
Ca commence par un chant traditionnel d'Amami, îlot perdu à l'extrême Sud du Japon, et ça se termine par la musique des Aïnous, peuple primitif de la pointe Nord du Japon. Entre les deux, 17 autres morceaux que la musicienne franco-japonaise Maïa Barouh est allée chercher un peu partout au Japon, au gré des rencontres, des voyages et des amitiés.
Kusamakura est ainsi un formidable cocktail de talents folkloriques et de compositions contemporaines, faisant se succéder des joueurs de shamisen, un jazz très libre, des chants traditionnels du Nord interprétés par Momonashi (voix et basse électrique), une comptine vieille de 800 ans (Maru-take-ebisu), l'énergie débordante des fanfares de rue Kingyo et Kabocha Shokai... N'en jetons plus, Kusamakura est une excellente nouvelle pour ceux qui veulent découvrir le Japon à travers ses musiques, et en plus d'être de loin la meilleure compilation du genre en 2007, il est superbement illustré par le peintre Masakutsu Tagami.
Kusamakura, Saravah 2007

Yamato, les tambours du Japon
www.casinodeparis.fr
Pour la première fois en France, le groupe Yamato va faire résonner dans Paris ses rythmes énergiques. Ces musiciens, femmes et hommes âgés en moyenne de 25 ans, maîtrisent tambours, flûtes, banjos, cymbales et instruments à cordes. Leur nouveau spectacle Shin-On – Le battement de coeur allie l’influence de la musique traditionnelle des tambours mais aussi du Japon moderne et de la pop musique. Le battement de cœur, en harmonie avec le battement divin du tambour. Le groupe Yamato ne se contente pas de jouer, au rythme de la musique, les jeunes artistes se lancent dans une chorégraphie explosive mise en valeur par des effets de lumière.
du 15 janvier au 3 février 2008
@ Casino de Paris
tarifs : 39,50€ à 61,50€

Syl nuvaanu, quand le flamenco rencontre le Japon
http://profile.myspace.com/index.cfm?
fuseaction=user.viewprofile&friendid=146905480

Groupe franco-japonais formé par la chanteuse Tsutomu Kawasaki et le guitariste David Michelet, Syl Nuvannu fusionne avec brio la langueur de la musique traditionnelle japonaise à l’énergie du flamenco. L’exercice peut sembler périlleux de prime abord, mais le combo évite toute superposition sonore artificielle. Il affirme une identité mûre et affirmée dans leur album No Land’s Man (sorti en 2006 et en vente sur leur site www.sylnuvaanu.com), titre éloquent venant renforcer cette idée qu’il n’y a pas de frontières, mais uniquement du métissage, source infinie de richesse et de création.
les 15 et 16 janvier, 20h
@ Satellit Café
44, rue de la Folie Méricourt, Paris 11è

Tarifs : 10/8€
www.satellit-cafe.com
le 7 février, 20h
@ La Bellevilloise
19 rue Boyer, Paris 20è
entrée libre

www.labellevilloise.com

Le piano jazz de Miho Nitta
http://miho.nitta.free.fr
Miho Nitta est une pianiste renommée, influencée entre autres par les couleurs impressionnistes d’un Franz Liszt ou du plus contemporain Alexandre Tansman. Tantôt délicate et tantôt sauvage, elle puise chez ces maîtres cette modernité qui utilise toute la potentialité expressive du piano afin de peindre de véritables tableaux sonores. Elle apparaîtra cette fois-ci accompagnée des "instruments inventés" du génial trompettiste Itaru Oki pour un set jazz composé d’œuvres personnelles.
le lundi 21 janvier à 20h30
@ L’archipel
17 Bd de Strasbourg Paris 10e
Tarifs : 9,50€ à 15€

J-Rock : les Pistol Valve en tournée

Le gang des 10 filles classe et destroy arrive pour réveiller les salles de concert françaises avec leur rock ensoleillé : son garage en accord avec le retour du rock, cuivres chauds du ska, et salves funky pour le côté sexy… Les mélodies du girl band sont imparablement pop et invite le public à une grande parade festive. Pour tous ceux qui apprécient les Red Hot Chili Peppers, The Specials et The Hives, un concert à ne pas rater.
Le 15 février @ Lo Bolegason à Castres
Le 17 février @ Fan Festival à Cannes Le 18 février @ La Scène Bastille à Paris
Le 23 février @ Japan Addict à Strasbourg
le concert de Paris est déjà en pré-vente (15€) sur : www.jmusicstore.com

Danse traditionnelle Jiuta-maï
http://noetawara.canalblog.com / www.ccfj-paris.org
Le Jiuta-maï est une danse traditionnelle du Japon généralement exécutée par des professionnels et des geishas. Développée entre le 12è et le 19è siècle, elle se dansait dans l’intimité des maisons. Aujourd’hui encore, lors des danses publiques, le décor n’est composé que d’une bougie et d’un paravent symbolisant l’intérieur d’une maison. Noé Tawara est une danseuse chevronnée spécialiste de la danse Jiuta-maï. En 2005, elle a reçu de son maître, Hanaï, son nom de scène, Hanaï Suiren. Depuis elle multiplie les représentations, avec des chorégraphies autant inspirées de l’art du Jiuta-maï que d'autres danses, traditionnelles et contemporaines.
le 17 janvier à 21h

@ café-restaurant St-Antoine
186 rue du fbg St-Antoine, Paris 12è
le 18 janvier à 20h00 et le 19 janvier à 15h00
@CCFJ (voir carnet d’adresses)
Tarif : 12 euros (tatif réduit 10 euros)
résa obligatoire : 01 43 48 83 64 / reservations@ccfj-paris.org

Kamishibai, le théâtre de papier
www.espacejapon.com/index.php?itemid=185
Le kamishibai (théâtre de papier) au Japon était une sorte de saltimbanque qui vivait de ses histoires. Sur son vélo, l’artiste ambulant passait de ville en ville et racontait gratuitement de petits contes aux enfants. Pour illustrer ses propos, il passait des images dans une boîte accrochée sur son porte bagage. L’homme du kamishibai racontait des contes et légendes populaires du Japon ancien, pleins de rebondissements et souvent de magie.  
En principe destiné aux enfants, Les adultes qui découvrent le kamishibai n’en seront pas moins émus par l’interprétation de l’artiste et les représentations des images.
les samedi 16 février, 22 mars de 15h30 à 16h
@Espace Japon (voir carnet d’adresses)

représentations gratuites

Un conte traditionnel en comédie musicale
www.mcjp.asso.fr
La légende de la cape céleste fait partie des contes populaires les plus connus du Japon. L’histoire est celle d’une nymphe qui, se baignant au bord de l’eau, se fait voler son manteau de plumes par un paysan. Celui-ci épris d’amour pour la jeune fille lui demande de rester sur terre le temps de lui en confectionner un autre… 
La réalisation sous forme de comédie musicale n’est pas la seule surprise de ce projet baptisé Hagoromo. Le spectacle a été entièrement remanié et mélange des scènes de théâtre à des images de synthèse projetées sur écran géant. Les comédiens, la mise en lumière et les décors sont partie intégrante de ce spectacle qui fusionne art traditionnel et moderne dans les mondes réels et virtuels.
les 24 et 25 janvier à 20h, le 26 janvier à 15h et 20h
@MCJP (voir carnet d’adresses)
Tarifs : de 12€ à 20€
Spectacle en japonais avec traduction simultanée en français

Danse buto d'Atsushi Takenouchi
www.tenri-paris.com/ecbp/spec/
Atsushi Takenouchi est chorégraphe et danseur. En 1986 il fonde l’atelier Jinen, qui vise à retourner aux sources des arts de la scène. 20 ans après sur les bases de la danse buto, il crée le buto jinen, une danse capable d’exprimer les émotions de l’homme dans son environnement et suivant un langage corporel universel. En France, à l’espace culture Bertin Poirée en 2005, Atsuki Takenouchi revient pour un nouveau solo sur le thème de la peau : Shin- improvisation #3. Il sera accompagné de Hiroko Komiya pour la voix et les objets sonores.
 samedi 19 janvier à 20h30
@ Espace Culturel Bertin Poirée (voir carnet d'adresses)

Tarif : 7€ à 15€
Résa : 01 44 76 06 06 / ecbp@tenri-paris.com

Exquisses
www.tenri-paris.com/ecbp/spec/
La compagnie théâtrale Ophrénie porte un intérêt particulier au sens des mots, au langage du corps et à l’impact visuel de ses créations. Exquisses est un savant mélange d’exquises rencontres entre la danse buto, le théâtre, les arts plastiques.  La représentation est composée de trois actes : No Punch, no Puppet (danse buto), Impromptus (théâtre, d'après les Samuel Beckett) et Lo que queda (vidéo de danse buto). Une élégante alliance de tradition et de modernité.
La compagnie propose également un atelier théâtral Beckett/Butoh/Bacon sur 3 jours durant lesquels, les participants sont invités à créer par le jeu, la danse, le geste et la peinture, une forme de théâtre originale qui se réinvente sans cesse. Une représentation est prévue au terme du stage.
Représentations du jeudi 31 janvier au 01 février à 20h30
@ Espace Culturel Bertin Poirée

Résa  01 44 76 06 06 / ecbp@tenri-paris.com
Ateliers du 31 janvier au 02 février, 10h00 à 16h00  
Présentation publique du stage le 2 février à 18h30

Le grenier, ou le syndrome hikikomori au théâtre
La compagnie Rinkogun présente Le grenier, une pièce écrite et mise en scène par Yôji Sakate. Scénariste de longue date (il fonde la compagnie Rinkogun en 1983), Sakate adopte comme fil conducteur de ses pièces, la société japonaise. Il n’hésite pas à bousculer les conventions en traitant des problèmes sociaux ou des sujets tabous, telle que l’homosexualité. Avec Le grenier, Sakate s’attaque au problème des hikikomori, ces jeunes japonais qui décident de ne plus quitter leur chambre. Il dépeint alors à travers  24 saynètes, dans un grenier, la société japonaise et le semblant de liberté qui y règne.
du jeudi 7 au samedi 9 février à 20h
@ MCJP (voir carnet d'adresses) Tarifs : 9 € à 15€
Spectacle en japonais avec surtitres en français

Cours d’origami
www.espacejapon.com/index.php?itemid=218
Les Japonais n’ont pas toujours plié le papier, et à l’origine les origamis étaient utilisées pour représenter des divinités. Aujourd’hui, le pliage est devenu un loisir largement pratiqué au Japon, et apprécié des Français, admiratifs devant tant de dextérité et d'imagination à partir d'un simple papier. L'Espace Japon organise des cours d’origami du 12 janvier au 17 mai. A chaque cours correspond un thème : les chiens, les papillons, les fleurs, les poissons et les chats... De quoi devenir un as du pliage !
16 février : les papillons
@ Espace Japon (voir carnet d’adresses)

Tarifs : enfants 5€, adulte 10€, adulte + enfant 13€ 
(matériel compris, goûter servis)

Ateliers du Wa-Bi Salon
www.wa-bi-salon.com
En plus de ses activités de dégustation de saké, de thé et des cours d’ikebana, Wa-bi salon propose en ce mois de janvier un atelier gourmand-gourmet « Fabienne Labeyrie ». Cette native du Sud-Ouest propose des recettes traditionnelles et originales à la portée de tous.  
Du 21 au 25 janvier, une journée correspond à un thème : légumes, volaille, amuse-bouche, cuisine exotique et poissons.
Par ailleurs, Wa-Bi salon propose tout au long du mois de janvier trois ateliers. Deux ateliers découverte du thé et du saké et un atelier de fleur style Wa-bi influencé ikebana.
Atelier « Fabienne Labeyrie » du 21 au 25 janvier
Tarifs : 150€ à 170€
Atelier thé vert le 17 janvier, 18h à 19h
Tarif : 30 €
Atelier art floral le 18 janvier
Tarif : 55€  (65 € art floral + art de la table)
Atelier découverte du saké le 31 janvier, 18h à 19h
Tarif : 50€
Réservations obligatoires : 01 42 30 74 65 / ymikagi@gmail.com

Concours d’expression en japonais (derniers jours)
www.mcjp.asso.fr
Vous êtes passionné par le Japon et rêvez de partir au pays du soleil levant. Alors n’hésitez plus et tentez votre chance en vous inscrivant au concours d’expression en japonais. Les finalistes remporteront un voyage au Japon.Ce concours a pour but de promouvoir la langue  japonaise et son enseignement en France. Il existe deux  niveaux de concours, un pour les lycéens, et l’autre pour les plus de 18 ans. Les personnes qui seront sélectionnées pour la finale pourront lire leur discours en public. Vous avez jusqu’au 31 janvier 2008 pour remettre les dossiers de participation.
Inscriptions jusqu’au 31 janvier
contact : 01 44 37 95 25 /
k.lee@mcjp.asso.fr

Photos : DR
Réalisé par Guillaume Loiret, Leslie Huet et Postics


Maison de la Culture du Japon à Paris
101 bis quai Branly 75015 Paris
Tél : 01 44 37 95 00
http://www.mcjp.asso.fr

Espace culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Tél : 01 44 76 06 06
info@tenri-paris.com
www.tenri-paris.com


Centre Culturel Franco-Japonais
8/10 passage Turquetil 75011 Paris
Tél : 01 43 48 83 64
reservations@ccfj-paris.org
http://www.ccfj-paris.org

Espace Japon
9 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
tél : 01 47 00 77 47 / infos@espacejapon.com
http://www.espacejapon.com