Jipango No2. nov 1999 .

............Voyage au Japon (1)

Dans ce numéro, préparez votre voyage en suivant les conseils

de français passionnés de jardin, cinéma, manga...

Et si vous ne pouvez pas partir pour le moment,

quelques adresses vous transporteront au Japon sans quitter la France !

.

.Underground populaire et melting kitsch

Musique underground, BD différente, art décalé et bizarre, gadgets kitsch, jouets; la boutique Bimbo Tower est assez indescriptible. La majorité des articles viennent du Japon et il y a de tout, pour tous les goûts et à tous les prix, à partir de 50 centimes...

Frank de Quengo a créé ce lieu pas ordinaire avec une bande de copains français et japonais. Au Japon, ses lieux préférés sont à l'image du magasin parisien : colorés, éclectiques et inclassables.

Avec Bimbo Tower, notre but est de faire connaître la culture underground japonaise, mais en l'associant à des choses plus populaires, déjà connues en France. L'image habituelle de l'underground est très fermée, austère. Nous voulons casser cette image en présentant quelque chose de plus fantaisie, plus coloré.

.
Que ce soit des livres, des gadgets ou des BD, les articles japonais que vous trouvez ici n'ont pour la plupart pas suivi un circuit habituel. Ce sont des amis, des amis d'amis qui connaissent mes goûts qui me ramènent des choses. Des artistes japonais qui ont entendu parler de Bimbo Tower m'envoient spontanément des uvres afin d'être représentés à Paris.

L'année dernière, j'ai été au Japon à l'occasion d'une tournée du groupe dans lequel je joue, Dragibus. Nous reprenons des chansons et des comptines pour enfants, celles qui sont un peu décalées, avec des paroles étranges. Au Japon, notre public est rock.

A Tokyo, j'ai été étonné par la diversité des magasins de disques spécialisés, leur choix très pointu et les animations qu'ils proposent. Chez Los Apson, à Shinjuku, on trouve tout l'underground japonais et mondial. Ils organisent aussi des soirées avec des happenings. A Shibuya, chez Manual of Error, c'est l'easy listening, avec beaucoup de raretés et l'on peut boire un verre dans leur café restaurant indien Manuera Café. Kurara est spécialisé dans les musiques du mouvement Fluxus : poésie sonore, installations, performances... On y trouve vraiment des raretés.

Ce qui m'a frappé, c'est que les boutiques sont souvent à l'étage dans des immeubles et non pas au rez-de-chaussée sur rue. Parfois, on a même l'impression d'aller chez un particulier comme dans ce petit magasin dont j'ai malheureusement oublié le nom, spécialisé dans le mouvement bruitiste, un courant un peu... radical!
.

 

Pour les BD, allez chez Takoche parce que vous trouverez tous les auteurs de BD différente! La BD japonaise, ce n'est pas seulement les mangas diffusées en France, allez-y et vous comprendrez.

J'adore les jouets et j'ai passé pas mal de temps dans un magasin qui propose sur 7 étages toute l'imagerie japonaise et internationale, Kiddy Land. Dans un autre genre, j'ai aussi beaucoup aimé Asakusabashi, le quartier des grossistes, pour ses articles populaires, souvent ringards, l'équivalent des jouets de foire.

Pour se balader, j'ai bien aimé Asakusa, où j'ai découvert par hasard le Kamiya bar que je connaissais à travers l'album du musicien américain Carl Stone, "Kamya bar" composé à partir de sons enregistrés à Tokyo. Dans Shinjuku, un endroit en particulier m'a plu pour ses petits restaurants et comptoirs à l'extérieur, son ambiance bizarre: la rue Shonben Yokocho.

A Koenji, des amis japonais m'ont emmené dans un restaurant de spécialités d'Okinawa, le Dachibin et cela m'a plu : la musique est bien, c'est beau, j'ai bien mangé et j'ai bien bu !

.

.
Bimbo Tower
: 5 passage Saint Antoine Paris 11e. Tél. 01 49 29 98 88.

Los Apson: 604 Daikan Plaza Bizness, 7-9-15 Nishi Shinjuku, Shinjuku-ku.
Tél. 03-3369-9616

Manual of Error/ Manuera Café: 6-11-412 Udagawa-cho, Shibuya-ku.
Tél. 03-5459-6061.

Kurara: 19-5-206 Utagawa-cho, Shibuya-ku. Tél.03-3496-2788.

Takoche: 3e étage, Broadway, au fond du centre commercial "Sun Mall",
en face de la gare Nakano.

Kiddy Land: sur l'avenue Omotesando. 6-1-9 Jingumae, Shibuya-ku.
Tél. 03-3409-3431.

Kamiya Bar: en face de la sortie n°3 du métro Asakusa. Premier bar de style occidental,
ouvert en 1912, connu pour le Denkibran, alcool à base de brandy, gin, vin et herbes medicinales, titrant 30°.

Shonben Yokocho une petite allée qui est situe entre le magasin Odakyu et asukuni-dori, le long du chemin de fer.

Dachibin: à 4 mn de la sortie nord de la gare Koenji. 3-2-13 Koenji-kita, Suginami-ku.
Tél. 03-3337-1352
.

.


..

Renouveau du cinéma japonais

Jean Viala est directeur de la société Médiatopia, qui depuis 4 ans a pour objectif la promotion du cinéma japonais, par le biais d'organisation d'événements et de distribution de films.

Avec son associé, Monsieur Kawakita, ils recherchent les films à leur source au Japon, là où la plupart des importateurs n'ont pas d'accès à cause du barrage de la langue. Leur originalité est de présenter des aspects que d'autres avaient ignorés.

Un conseil, courez à Orléans du 16 au 21 novembre 1999 pour la 4ème Biennale du Cinéma Japonais, la plus grosse manifestation de ce genre en Europe, et dont ils sont les organisateurs. Au programme 30 films récents inédits, des soirées thématiques, une rétrospective Ichiwara Kon et un cycle de films d'animation récents.

Dans les années 80, il y a eu un désintérêt pour le cinéma japonais, catalogué cinéma d'auteur et réputé difficile d'accès. Or depuis deux ans, on constate un très net regain d'attention.

Il y a un nouveau public, de nouveaux critiques, et l'image de films ennuyeux, compassés ou trop éloignés de l'univers occidental est en passe d'être brisée.Incontestablement, le cinéaste qui a le plus contribué à cela est Takeshi Kitano.


Aujourd'hui, le public recherche un cinéma japonais plus populaire et plébiscite le genre "chambara" contemporain, ou film d'action. En 1997, dans le cadre de la biennale d'Orléans, nous avions proposé un cycle de films chambara des années 20 à 70, dans l'espoir de casser l'image de sérieux qui colle aux films japonais. Grâce à ces films truculents, pleins d'humour et d'action, cela a été une réussite.

Ma connaissance du Japon date de 1980. Ayant travaillé sur un projet théâtral avec le metteur en scène Shuji Terayama, je suis allé lui rendre visite. Et de fil en aiguille, de rencontresen rencontres, je suis resté là-bas. J'ai créé une entreprise de production de spectacles
et de tournées: théâtre, danse, musique. Je me suis aussi intéressé à la danse Buto, sur laquelle j'ai publié un livre, Shades of Darkness.

Aujourd'hui, bien sûr, pour mon travail j'habite Paris, mais je retourne souvent au Japon. Je ne vais pas à Tokyo sans passer par La Jetée, le bar du cinéma, dans Golden Gai. Tomoyo, la patronne, est une cinéphile et tous les gens de cinéma viennent faire un tour dans son bar.

Concernant le cinéma, si vous parlez japonais, je recommande le Pia Film Festival qui propose en été des premières uvres de jeunes réalisateurs. A Tokyo, le Film Center à Kyobashi, et l'Image Forum qui organise des rétrospectives et un festival de cinéma expérimental.

A Paris, surveillez les rétrospectives du quartier latin et la programmation de la Maison de la Culture du Japon. Il est également possible de trouver beaucoup de films en vidéo.

Arte a une bonne collection ainsi que HK Vidéo. Je conseille deux magasins, Joint Paris,près du Louvre des Antiquaires, pour la location de VO non sous-titrées et Vidéosphère boulevard St Michel, pour l'achat de VO sous-titrées.

.

.
4ème Biennale du Cinéma Japonais
(voir évènements)

Shade of Darkness: Edition Shufunotomo

Pia Film Festival: en juillet. Tél. 03-3265-1425.

Film Center: 3-7-6 Kyobashi, Chuo-ku. Tél. 03-3561-0823.

Image Forum: 6e étage, Fudousan Kaigan Building, 3-5 Yotsuya, Shinjuku-ku.
Tél. 03-3357-8023.

Joint Paris: 2 rue de Marengo Paris 1er. Tél. 01 42 86 80 33.

Vidéosphère: 105 bd. Saint Michel Paris 5e. Tél. 0143 26 36 22.

HK Vidéo: catalogue sur commande au 01 56 43 12 00.
.

.
Tomoyo-san est passionnée de cinéma. Elle parle français et ne rate aucun festival de Cannes.

Son bar, "La jetée" à Golden Gai, est une bonne adressepour découvrir ce quartier plutôt fermé, même pour les Japonais.

.