Jipango No5 Mars 2001 .

 Patrice Julien

 Le fonctionnaire devenu gourou de l'art de vivre

.

Arrivé en 1987 comme attaché au Service Culturel de l'Ambassade de France à Tokyo, Patrice Julien est aujourd'hui à la tête d'une entreprise de 30 personnes spécialisée dans la promotion d'un Art de vivre à la française.

Ses livres qui, toutes éditions confondues, frisent le million d'exemplaires constituent une référence pour toute une génération de Japonais.

Tout a commencé par le plus grand des hasards, alors que je n'avais vraiment jamais envisagé de quitter la carrière de fonctionnaire, une amie japonaise qui adorait ma cuisine m'a suggéré de faire publier mes recettes. A l'époque, au Japon, l'image de la gastronomie française était très rigide, elle avait la réputation d'être chère, lourde et difficile à réaliser. Ce que je faisais était tout simple, pas trop mal présenté et plutôt léger... Le concept était de prendre le contre-pied du cliché, un important éditeur japonais a joué le jeu et ça a donné mon premier livre «Bon chic, bonne bouffe» publié en 92. Classé 3e dans le hit parade des produits innovants de l'année, ça a été le déclencheur.

Assez vite il a été difficile de gérer ma vie de fonctionnaire et la spirale médiatique qui s'était mise en route. Mon contrat au Japon arrivait à expiration, j'ai fait le saut, laissé tomber la sécurité et créé une société de communication au service de l'Art de vivre : "Rêves de vie Studio"(1). Nous avons eu la chance de pouvoir trouver une grande maison délabrée à Shirokanedai, un quartier chic de Tokyo. Nous l'avons retapée et y avons implanté nos bureaux et un restaurant insolite, "Le Centre Français des Arts" qui nous sert un peu de "vitrine".

Comme cet espace se trouvait à l'écart de tout dans une petite rue résidentielle, tous mes amis prédisaient ma perte. Heureusement le succès de mon premier ouvrage a suffi à amorcer la pompe. En plus, le lieu était tellement singulier, un mariage Orient-Occident au milieu d'un grand jardin en plein centre de Tokyo, ça a suffi à nous assurer une couverture média dès le départ. Pris par ce courant, en 6 ans, j'ai réalisé plus de 20 livres qui retracent cette aventure, en recettes, en photos, en essais, je travaille avec les plus grands photographes d'art de vivre du moment, j'ai deux designers chéries qui m'aident à réaliser mes concepts. J'essaie de devancer les besoins en créant des produits d'usage courant (vaisselle, montres, vêtements...) des lieux, 3 restaurants et, depuis quelques jours, une boulangerie.

Mes ouvrages, qui servent de référence à pas mal de gens, jeunes et moins jeunes, parlent de tous les aspects du quotidien : la créativité, l'amour, l'attitude devant le travail, devant la vie,... En résumé j'essaie de montrer à partir de mon vécu qu'il n'est pas plus difficile d'essayer d'avoir une vie passionnante que d'accepter passivement de subir une vie de chien. C'est principalement parmi les lecteurs de mes livres que je recrute mon personnel, ils ont entre 20 et 30 ans et me rejoignent parce que dans un moment où le Japon traverse une grave crise de valeurs, ils sont séduits par cette conception de la vie comme une aventure à construire au quotidien. Pas facile comme programme, mais dans le fond, c'est assez zen.


.

Mon japon secret

J'aime beaucoup le temple Sengakuji où reposent les 47 ronin (samouraïs sans maître). Un vieux musée raconte leur histoire qui illustre bien les valeurs japonaises de "giri et ninjo".

Les ronin sont représentés par de très belles poupées en armures.
Metro : Sengakuji (Toei Asakusa Line).

Pour ceux qui aiment les ambiances à la Blade runner, je recommande toujours le quartier de Yurakucho avec tous ces restaurants de brochettes nichés sous la ligne de chemin de fer.

Essayez par exemple le Robata Honten, situé dans un vieux bâtiment de trois étages. 1-3-8 Yurakucho, Chiyoda-ku. Tél. 3591-1905.

Un magasin d'antiquités pas comme les autres se trouve tout près de la Tour de Tokyo. On y trouve toutes sortes d'objets insolites. La boutique Tatamiya, juste à côté, vaut le coup d'il, avec ses beaux objets en paille comme les zori.

Art Plaza Magatani : 5-10-13 Toranomon, Minato-ku. Tél. 3433-6321.

Le dimanche, je vais souvent au marché aux puces à Shinjuku Hanazono Jinjya. C'est un mélange d'objets occidentaux et japonais. J'ai acheté des poteries, grands plateaux, un frigo en bois

Hanazono Jinjya : 5-17-3 Shinjuku. Tél. 3200-3093. Tous les dimanches.

(1) Centre Français des Arts : 2-12-1 Shirokanedai, Minato-ku. Tél. 3444-5711.


Copyright : JIPANGO

Création Page Web : Omnippon YAGAI